> > > La crèche parentale

La crèche parentale

Fiche publiée dans "Modes de garde" le 04/09/2012

Les crèches parentales sont des structures similaires aux crèches collectives, excepté qu'elles sont gérées par les parents eux-mêmes. Regroupés en associations loi 1901, les parents engagent des professionnels de l'encadrement de la petite enfance pour animer la crèche.

La crèche parentale
La crèche parentale

Présentation

Les crèches parentales sont, tout comme les crèches collectives, des structures de proximité, d'autant plus que les parents en sont les gestionnaires à travers l'association qui gère la structure. Un local adapté reçoit les enfants et la capacité d'accueil est limitée à 20 enfants, éventuellement 25 sur décision du Conseil Général.

Les crèches familiales proposent en général un service de multi-accueil, avec un service de crèche collective et un service de halte-garderie.

La crèche parentale n'est pas à confondre avec la crèche familiale, qui encadre les enfants avec un personnel différent, composé principalement d'assistantes maternelles.

Âge des enfants

Les crèches parentales acceptent en général les enfants à partir de l'âge de 3 mois et jusqu'à 3 ans, âge où l'enfant entre en école maternelle. Les structures parentales multi-accueil prennent en charge les enfants jusqu'à l'âge de 6 ans.

Places disponibles

Les places sont peu nombreuses dans les crèches parentales, mais vous pouvez anticiper votre grossesse et vous engager dans l'association dès que possible. Vous participerez ainsi au projet pédagogique de la crèche et vous ferez connaitre auprès des autres membres de l'association et auprès des professionnels encadrants.

Horaires

Les horaires sont plus souples que dans les crèches collectives, avec des horaires établis directement par les parents et la possibilité de s'arranger facilement avec les autres parents. Les dimanches et les jours fériés, les crèches parentales sont en général fermées.

Tarifs

Les crèches parentales appliquent le barème national fixé par la CAF dans le cadre d'une convention PSU (prestation de service unique). Le tarif horaire est déterminé par votre niveau de revenus, mais ne peut dépasser 3 euros.

Avantages et inconvénients

Les crèches parentales présentent les avantages suivants :

  • une garde sans interruption des enfants ;
  • une équipe d'encadrement pluridisciplinaire ;
  • un lieu d'accueil de qualité ;
  • un tarif très intéressant ;
  • un cadre privilégiant la sociabilisation des enfants ;
  • des horaires souples ;
  • un investissement des parents dans l'encadrement et dans le projet pédagogique ;
  • un contact privilégié avec les autres familles inscrites dans l'association.

Inconvénients à la garde d'enfant en crèche parentale :

  • un risque de contagion des enfants élevé ;
  • aucune prise en charge des enfants malades ;
  • un investissement obligatoire dans l'association qui peut décourager ;
  • des structures très rares et très difficiles à créer.

Inscription

Pour inscrire votre enfant en crèche parentale, renseignez-vous directement auprès de l'association qui gère la crèche.

Conditions

Les associations qui gèrent les crèches parentales ont souvent des contraintes relativement strictes pour l'admission de nouveaux enfants. Au-delà des éventuelles conditions de logement ou de revenus, les parents candidats doivent garantir leur investissement dans la structure, avec en général une demi-journée de présence par semaine dans la crèche. Les parents doivent aussi témoigner d'un véritable intérêt pour la structure.

Formalités

Les démarches d'inscription se font en général directement auprès de la structure. Un dossier est à remplir et des pièces justificatives à fournir. Un entretien avec les membres de l'association est très souvent un passage obligatoire. Les admissions en crèche parentale sont prises lors d'assemblées générales et soumises au vote des adhérents.

Dossier

Le dossier d'inscription comporte en général les coordonnées de votre famille et le détail des périodes de garde voulues. Les pièces justificatives suivantes peuvent être réclamées :

  • attestation de travail, bulletin de salaire ou attestation du Pôle Emploi ;
  • justificatif de domicile datant de moins de 3 mois ;
  • photocopie du livret de famille et de l’acte de naissance de l’enfant ;
  • photocopie du carnet de vaccinations ou des vaccinations ;
  • dernier avis d’imposition ;
  • attestation de prestation CAF ;
  • charte d'engagement approuvée et signée

Cette liste n'est pas exhaustive et les documents réclamés dépendent des associations.

Fonctionnement

Les crèches parentales sont par nature gérées par des associations et le nombre de places est limité à 20. L'encadrement est de qualité puisque les parents sont systématiquement soutenus par des professionnels de la petite enfance.

Gestion

Les crèches parentales sont, par définition, gérées par des associations de loi 1901. L'enquête du Drees N°763 confirme ce fait, avec moins d'un pour cent des crèches parentales gérées par les communes, le reste étant administré par des associations.

Encadrement

L'encadrement est composé d'au moins 40% de puéricultrices, d'éducateurs de jeunes enfants, d'auxiliaires de puériculture, d'infirmiers ou de psychomotriciens. Le reste du personnel est composé de personnes non diplômées et des parents qui participent à l'encadrement des enfants.

La direction d'une crèche parentale est assurée par une puéricultrice ou par un éducateur de jeunes enfants, ayant tous deux au moins 3 années d'expérience professionnelle. Des conditions supplémentaires sont requises pour les EJE.

Financement

Les crèches parentales sont financées par la CAF et par les collectivités locales, grâce à la prestation de service unique (PSU). Un contrat enfance jeunesse (CEJ) peut également être mis en place pour un subventionnement supplémentaire.

Informations diverses

Évolution des crèches parentales

Les crèches parentales mono-accueil sont rares sur le territoire français, avec seulement 157 crèches parentales et 79 haltes-garderies parentales répertoriées en 2009. Les crèches parentales connaissent une baisse sensible similaire à celle enregistrée par les crèches collectives : 4,1% de baisse entre 2005 et 2009. Pour les haltes-garderies parentales, la baisse est de 12,4%.

Les structures parentales multi-accueil sont plus nombreuses, avec 296 établissements répertoriés en 2009. Ces établissements enregistrent cependant une baisse de 2,6% entre 2005 et 2009.

Si le multi-accueil enregistre une baisse moins importante, c'est principalement grâce à la conversion des structures parentales mono-accueil en multi-accueil. Le mode de fonctionnement est cependant aussi originaire de la baisse enregistrée, la création d'une crèche parentale est très difficile et son maintien dépend étroitement de l'investissement des parents qui y inscrivent leur enfant.

Le grand site de la petite enfance