> > > Laisser son bébé pleurer : une manière d'apaiser les parents

Laisser son bébé pleurer : une manière d'apaiser les parents

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 19/09/2012

Une étude australienne vient rassurer les parents sur les conséquences que provoque le fait de laisser pleurer un enfant. Si aucun effet néfaste n'a été noté chez l'enfant, des effets bénéfiques se reporteraient sur les parents.

Laisser son bébé pleurer : une manière d'apaiser les parents
Pour les chercheurs, il faut savoir laisser pleurer son enfant (Upsilon Andromedae/CC-by)

Aucun effet néfaste chez l'enfant

Pour l'étude, une équipe de chercheurs australiens a étudié plusieurs techniques d'endormissement. C'est donc le sommeil de 225 bébés qui a été étudié en 2012, pour connaître les effets néfastes que pouvaient avoir les différentes méthodes d'endormissement sur la santé des enfants.

Deux techniques ont été principalement étudiées, celle des « pleurs contrôlés » et celle du « camping out ». La première consiste à venir voir régulièrement l'enfant quand il pleure puis de manière de plus en plus espacée pour que le bébé apprenne à se calmer tout seul.

La méthode qui consiste à rester avec l'enfant jusqu'à ce qu'il s'endorme et à ensuite quitter sa chambre est le « camping out ». Les parents doivent rester à côté de l'enfant, mais ne doivent pas le prendre dans les bras.

Une première étude en 2007 avait montré que ces méthodes avaient des effets bénéfiques à court terme. Cette nouvelle étude confirme qu'aucun effet néfaste n'est visible à long terme, aucune conséquence émotionnelle ou comportementale n'a été révélée, et la relation parents-enfants n'est pas affectée.

Des parents en meilleure forme

L'étude a aussi montré que ces techniques d'endormissement avaient des effets positifs sur les parents. Ces derniers, s'ils ne réagissent pas dès les premiers cris de l'enfant, dorment mieux et sont donc moins stressés.

Ils ont également moins de chance de souffrir de dépression post-natale. Les chercheurs conseillent donc de privilégier la méthode des « pleurs contrôlés » et donc d'intervenir au bout de 2 minutes la première nuit, puis de 5 minutes et ainsi de suite.

Actualités en rapport

Le bisphénol A également source d'obésité infantile

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 20/09/2012

Le bisphénol A également source d'obésité infantile

Une récente étude a montré que le bisphénol A pouvait avoir une influence sur l'obésité infantile. La France pense l'interdire prochainement et des recherches sont en cours pour essayer de trouver une alternative à ce composé.

L'ARS océan indien organise la 2e « semaine de la vaccination »

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 02/10/2012

L'ARS océan indien organise la 2e « semaine de la vaccination »

L'ARS océan indien organise la deuxième « semaine de la vaccination » pour rappeler l'importance des vaccins. Un événement nécessaire pour certains pays qui sont en retard dans ce domaine comme la Réunion.

La coqueluche revient en force dans les pays développés

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 04/09/2012

La coqueluche revient en force dans les pays développés

Alors que les pays développés croyaient avoir enrayé le processus de contagion de la coqueluche grâce à la vaccination, les malades sont de plus en plus nombreux aux USA. L'inefficacité des politiques de vaccinations est mise en cause.

Les antibiotiques seraient une source potentielle d'obésité infantile

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/08/2012

Les antibiotiques seraient une source potentielle d'obésité infantile

Une récente étude a montré que le fait de donner des antibiotiques aux enfants âgés de moins de 5 mois pouvait favoriser l'obésité chez ces derniers. Ce type de médicaments seraient donc préconisés après l'âge de 5 mois

Le grand site de la petite enfance