> > > Bruxelles réfléchit sur l'obligation de vaccination dans les crèches

Bruxelles réfléchit sur l'obligation de vaccination dans les crèches

Actualité publiée dans "International" le 18/04/2012

Comme pour l'inscription à l'école, l'inscription en crèche nécessite quelques vaccins. À Bruxelles, l'ONE a décidé de renvoyer un enfant de la crèche, car il n'a pas pu être vacciné du fait qu'il a mal réagi aux deux premières injections.

Bruxelles réfléchit sur l'obligation de vaccination dans les crèches
Une obligation qui ne plaît pas à tous (UNICEF Sverige / CC-by)

Des enfants refusés, car non-vaccinés

En Belgique, seul le vaccin contre la poliomyélite est légalement obligatoire.

L'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE), lui, en impose davantage : polio, diphtérie, tétanos, coqueluche, haemophilus influenzae de type b (méningite), rougeole, rubéole et oreillons.

À Namur, un enfant a été exclu d'une crèche privée, car il n'avait pas été vacciné comme l'ONE l'exige.

« L'ONE a signifié clairement à la directrice de la crèche que notre enfant ne pouvait plus venir à partir du premier avril. On n'a jamais eu aucun contact avec l'ONE » raconte le père de l’enfant.

Il précise, « Moi je me base sur une loi de 2002 et qui repose dans un tiroir. Cette loi me permet de revendiquer la liberté vaccinale en Belgique ».

De ce fait, la famille de ce petit garçon a porté plainte contre l'ONE.

Philippe Vanlangendonck, l'avocat des parents, explique ; « Ici, l'ONE tente de forcer les parents […] à commettre une atteinte à l'intégrité physique de leur enfant en lui administrant des vaccins qu'ils estiment néfastes. »

À Bruxelles, l'ONE a accepté un délai de 15 jours avant de renvoyer un enfant d'une crèche ;

En effet, le petit devait quitter la crèche le 16 avril dernier, car il n'avait pas été vacciné conformément à ce que l'ONE souhaitait.

Seulement, l'enfant n'a pas pu être vacciné, car il avait mal réagit aux deux premières injections du vaccin.

En France, certains vaccins sont aussi obligatoires

En France, la politique de vaccination est dirigée par le ministère de la Santé. Certains vaccins sont recommandés, d'autres sont obligatoires sous peine dans certains cas de sanctions pénales.

La vaccination DT Polio est par exemple obligatoire, la vaccination ROR (rougeole oreillons rubéole) est, elle, fortement recommandée.

Pour se repérer dans ces vaccins, il existe un calendrier vaccinal régulièrement mis à jour qu'il est nécessaire de consulter.

Actualités en rapport

Nigeria, les autorités démantèlent une « usine à bébés »

Actualité publiée dans "International" le 18/04/2012

Nigeria, les autorités démantèlent une « usine à bébés »

Au Nigeria, des enfants sont vendus par leurs parents pour être l'objet de rituels. Plusieurs cas ont été révélés dans le pays. Après enquête, la police a découvert un « orphelinat » hébergeant des femmes enceintes dont les bébés étaient destinés à la vente.

Vietnam : une maladie de la peau plus que préoccupante

Actualité publiée dans "International" le 24/04/2012

Vietnam : une maladie de la peau plus que préoccupante

Le 23 avril dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est inquiétée de l'apparition d'une mystérieuse maladie de la peau, qui a tué dix-neuf personnes, en majorité des enfants, dans le centre du Vietnam.

Maroc : une mortalité infantile encore trop élevée

Actualité publiée dans "International" le 10/04/2012

Maroc : une mortalité infantile encore trop élevée

La mortalité infantile est un indice déterminant de la carte sanitaire de la population. Aujourd'hui encore, au Maroc, cela reste un réel combat. Une enquête nationale sur la population et la santé familiale, réalisée entre 2010 et 2011 montre que sur 1000 naissances vivantes, 29 enfants...

Inde : mariés bébés, ils annulent leur mariage 17 ans après

Actualité publiée dans "International" le 30/04/2012

Inde : mariés bébés, ils annulent leur mariage 17 ans après

Malgré l'interdiction par la loi en Inde du mariage des enfants, cette pratique est encore très répandue. La plupart du temps, ces arrangement ont un but financier. Et pourtant, le pays a annulé un mariage prévu il y a 17 ans par la famille lorsque les enfants avaient 1 et 3 ans.

Le grand site de la petite enfance