> > > Maroc : une mortalité infantile encore trop élevée

Maroc : une mortalité infantile encore trop élevée

Actualité publiée dans "International" le 10/04/2012

La mortalité infantile est un indice déterminant de la carte sanitaire de la population. Aujourd'hui encore, au Maroc, cela reste un réel combat. Une enquête nationale sur la population et la santé familiale, réalisée entre 2010 et 2011 montre que sur 1000 naissances vivantes, 29 enfants décèdent avant d’atteindre leur premier anniversaire.

Maroc : une mortalité infantile encore trop élevée
Un taux de mortalité encore très élevé (Feliciano Guimarães / CC-by)

Le ministère de la santé marocain est inquiet pour la santé de ses jeunes

Le ministère de la santé marocain est inquiet. En effet, la malnutrition fait toujours des ravages, la mortalité infantile est toujours préoccupante, et même si de plus en plus de femmes bénéficient d'un suivi médical, cela reste insuffisant.

Aujourd'hui, c'est donc 29 enfants sur 1000 qui décèdent avant leur 1 an. Il faut savoir que les risques de décès sont plus élevés durant le premier mois, en effet, parmi ces 29 enfants, 19 meurent pendant leur premier mois.

Seulement 2 enfants sur 1000 n'atteignent pas l'âge de 5 ans, le taux de mortalité infanto-juvénile est donc moins alarmant. Selon les dernières données du ministère, près de 95 % des enfants décédés avant leur 5 ans n'ont même pas atteint leur première année.

C'est pourquoi l’attention accordée aux femmes durant la période de grossesse et d’accouchement peut être déterminante. Le but est d’éviter au maximum les complications des maladies reproductives qui touchent les femmes.

Par exemple, 4,3 % des femmes âgées de 15 à 49 ans ont souffert des symptômes de l’infection urinaire en 2011, 11,3 % de l’infection de l’utérus et 8,9 % de l’incontinence urinaire. Ces chiffres pourraient diminuer avec un meilleur suivi. 77 % des femmes bénéficient d'une consultation prénatale au Maroc contre seulement 67 % en 2004.

Malgré cette légère amélioration, entre le milieu rural et le milieu urbain les disparités sont grandes, qu'il s'agisse de suivi médical ou encore d'accouchement supervisé par un médecin. De plus, la proportion d’enfants qui souffrent de malnutrition chronique reste importante malgré une diminution depuis 2004. En effet, aujourd'hui 14,9 % en souffrent contre 18,9 % il y a 8 ans.

Là encore, les enfants ruraux en sont les principales victimes. Cette forme de malnutrition se traduit par un retard de croissance et a un impact considérable sur les capacités des enfants. La malnutrition aiguë, elle, se traduisant par un amaigrissement ne touche que 2,3 % des enfants. D’autres maladies comme la diarrhée sont aussi à noter. Elles touchent autant les enfants des villes que des campagnes.

Seulement, les disparités persistent au niveau de l’accès au traitement. Sur les 100 enfants ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l’enquête, 64,1 % des citadins ont reçu des soins contre seulement 42 % des ruraux.

Actualités en rapport

Un Congrès international sur l'observation du bébé à Dakar

Actualité publiée dans "International" le 04/04/2012

Un Congrès international sur l'observation du bébé à Dakar

Pour la première fois, le 9e congrès sur l'observation du bébé se tiendra au Sénégal. Ce congrès a pour but de prêter une attention particulière aux bébés et aux jeunes enfants des pays en voie de développement.

USA : de plus en plus de cas d'autisme détectés

Actualité publiée dans "International" le 02/04/2012

USA : de plus en plus de cas d'autisme détectés

Des chiffres officiels ont montré une réelle augmentation du nombre de cas d'autisme aux États-Unis. En effet, entre 2006 et 2008 on note une augmentation de 23 %, soit un cas sur 88 contre 1 sur 110 les années précédentes.

Bruxelles réfléchit sur l'obligation de vaccination dans les crèches

Actualité publiée dans "International" le 18/04/2012

Bruxelles réfléchit sur l'obligation de vaccination dans les crèches

Comme pour l'inscription à l'école, l'inscription en crèche nécessite quelques vaccins. À Bruxelles, l'ONE a décidé de renvoyer un enfant de la crèche, car il n'a pas pu être vacciné du fait qu'il a mal réagi aux deux premières injections.

Nigeria, les autorités démantèlent une « usine à bébés »

Actualité publiée dans "International" le 18/04/2012

Nigeria, les autorités démantèlent une « usine à bébés »

Au Nigeria, des enfants sont vendus par leurs parents pour être l'objet de rituels. Plusieurs cas ont été révélés dans le pays. Après enquête, la police a découvert un « orphelinat » hébergeant des femmes enceintes dont les bébés étaient destinés à la vente.

Le grand site de la petite enfance