> > > Baby-Phone : un soucis de réglementation en France

Baby-Phone : un soucis de réglementation en France

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 21/06/2013

En France, il n’y a aucune réglementation sur la puissance d’émission des babyphones. Or des tests réalisés par le CNRS sur les différents babyphones du marché montrent que, selon la marque, la puissance d’émission peut aller bien au-delà des limites tolérées à l’étranger

Baby-Phone : un soucis de réglementation en France
Le Babyphone représenteraient-ils un danger pour les enfants ?(Cschirp/CC-by-sa)

Des craintes liées aux ondes électromagnétiques

Comme les téléphones portables et autres émetteurs wi-fi, les babyphones émettent des ondes électromagnétiques. La puissance du champ électromagnétique d’un babyphone est quand même beaucoup moins importante que celle d’un téléphone portable : environ 200 fois plus faible, selon le NouvelObs.

Malgré tout, la crainte grandit chez les consommateurs qui s’inquiètent du manque de régulation du secteurSébastien Girard, physicien au CNRS et responsable d’une étude comparative des puissances d’émissions de ces ondes, souligne dans Le Parisien que les bébés sont particulièrement sensibles à ce genre d’ondes. « D’autant plus qu’on place souvent le babyphone dans le lit de l’enfant, à dix centimètres de sa tête et qu’on le laisse allumé tout le temps, dans un environnement déjà imbibé d’ondes, entre télé, wi-fi et téléphones. »

Il recommande, comme l’Agence nationale de sécurité sanitaire, d’éloigner au maximum le babyphone de la tête de l’enfant : « À un mètre, c’est tout aussi efficace. Multiplier la distance par deux c’est déjà diviser par quatre la puissance du champ électromagnétique. »

L’absence de réglementation

L’étude du CNRS lève le voile sur une faille importante de réglementation. Même si la nocivité des radiofréquences n’est pas tranchée, les consommateurs ne peuvent pas savoir, à l’heure actuelle, quelle puissance d’émission fournit le babyphone qu’ils ont acheté.

En Allemagne par exemple, les babyphones ne peuvent pas dépasser les 5 à 7 milliwatts d’émission. En France, les puissances d’émission des babyphones commercialisés varient de 1 à 33 entre un modèle analogique (1,25 milliwatt) et un modèle DECT, la technologie des téléphones sans fil (41 milliwatts).

Pour le moment, et comme le rappelle le NouvelObs, l’Agence nationale de sécurité sanitaire préconise d’éviter les modèles DECT, de préférer les modèles avec un mode « déclenchement automatique à la voix » ou « VOX », qui n’émet qu’en cas de bruit. Enfin, il ne faut pas oublier d’éteindre la base du babyphone quand il n’est pas utilisé.

Actualités en rapport

La prise d’antibiotique chez les bébés serait un facteur d’eczéma

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/06/2013

La prise d’antibiotique chez les bébés serait un facteur d’eczéma

L’eczéma, dont les causes sont encore peu connues, pourrait être lié à la prise d’antibiotiques dès le plus jeune âge, c’est du moins ce que révèle une récente étude britannique. Cette pathologie toucherait de plus en plus de personnes.

Les indices de protection des crèmes solaires ne sont pas tous fiables

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 28/06/2013

Les indices de protection des crèmes solaires ne sont pas tous fiables

Le magazine 60 millions de consommateurs publie dans son dernier numéro les résultats de tests sur les crèmes solaires. Sur 10 crèmes solaires, 6 affichent un indice de protection supérieur à leur véritable indice de protection.

Trois parents pour un enfant, une réalité génétique.

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 01/07/2013

Trois parents pour un enfant, une réalité génétique.

Le gouvernement Brittanique a décidé d’ouvrir le débat au Parlement, en 2014, sur une nouvelle technique de FIV incluant un troisième parent génétique. Cette technique permettrait d’éviter un bon nombre de maladies génétiques.

Le sommeil des nouveau-nés est influencé par leurs gènes

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 15/07/2013

Le sommeil des nouveau-nés est influencé par leurs gènes

Selon une étude québécoise, le patrimoine génétique du nouveau-né influerait sur son sommeil nocturne, tandis que le sommeil de jour serait lui influencé par l’environnement du bébé.

Le grand site de la petite enfance