> > > Les indices de protection des crèmes solaires ne sont pas tous fiables

Les indices de protection des crèmes solaires ne sont pas tous fiables

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 28/06/2013

Le magazine 60 millions de consommateurs publie dans son dernier numéro les résultats de tests sur les crèmes solaires. Sur 10 crèmes solaires, 6 affichent un indice de protection supérieur à leur véritable indice de protection.

Les indices de protection des crèmes solaires ne sont pas tous fiables
Aussi forte soit-elle, la crème solaire ne suffit pas à se protéger du soleil (ScottieT812/CC-by-sa)

L’INC déclasse 6 produits sur 10

Pour son numéro de juillet, le magazine « 60 millions de consommateurs », en partenariat avec l’Institut national des consommateurs (INC), a testé l’efficacité réelle de 10 crèmes solaires parmi les meilleures ventes.

Publiée le 27 juin, l’enquête a sélectionné 10 crèmes solaires pour enfants, c’est-à-dire celles qui affichent les plus gros indices de protection. Les résultats sont édifiants.

Six des dix crèmes analysées affichent un indice de protection erroné : elles protègent beaucoup moins que ce qu’elles promettent sur l’étiquette, et les grandes marques ne sont pas épargnées.

« Clarins Haute Protection », « Klorane » et « Mustela » affichent une protection FPS 50+ alors qu’elles ne sont en réalité que des facteurs de protection solaire (FPS) 30 ou 50 et « Nivea Baby », « Bioregena Soleil » et « Natessance », qui affichent des indices entre FPS 50 et FPS 30 n’offrent en réalité qu’une protection FPS 10, 15, 20 ou 25.

En revanche, les consommateurs peuvent se fier aux indices de protections affichés sur les crèmes « Avène », « Mixa Solaire », « Vichy » et « Alga Maris », qui ont passé le test avec succès.

Les chercheurs ont trouvé dans de nombreuses crèmes des anti-inflammatoires, qui empêchent momentanément la peau de rougir, mais pas de brûler.

Des tests habituellement moins stricts

L’Institut national des consommateurs a mesuré le niveau de protection UVB selon la méthode in vitro qui consiste à mesurer la transmission des rayons UVB à travers d’une plaque en polymère qui présente exactement la structure physique et chimique de la peau. La transmission des rayons est évaluée avant application de la crème, puis après.

Le test sur polymères est le plus fiable et pourtant beaucoup de laboratoires préfèrent les tests sur l’homme.

Interrogée par Libération, Laurence Coiffard est directrice du laboratoire de Pharmacie industrielle et de cosmétologie de l’Université de Nantes. Pour elle, « les industriels préfèrent les tests sur l’homme, car ils permettent d’obtenir des résultats plus favorables qu’en laboratoire ».

La meilleure des protections : l’exposition responsable

Les résultats de ce test incitent donc à la méfiance. Sachant que l’écran total n’existe pas, rien ne vaut mieux que de porter un vêtement léger, un chapeau et de ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes de la journée, pour se protéger des mauvais rayons et préserver les cellules de sa peau.

Les enfants, dont la peau est incapable de se protéger contre le soleil, sont très vulnérables face aux UVB : il faut en priorité éviter de les exposer au soleil entre 12 h et 16 h.

Après une matinée à l’extérieur, profitez des heures les plus chaudes de la journée pour faire une sieste à l’ombre, jouer aux cartes, ou visiter un musée et retournez planter le parasol sur le sable vers 16 h !

Actualités en rapport

Trois parents pour un enfant, une réalité génétique.

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 01/07/2013

Trois parents pour un enfant, une réalité génétique.

Le gouvernement Brittanique a décidé d’ouvrir le débat au Parlement, en 2014, sur une nouvelle technique de FIV incluant un troisième parent génétique. Cette technique permettrait d’éviter un bon nombre de maladies génétiques.

La prise d’antibiotique chez les bébés serait un facteur d’eczéma

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/06/2013

La prise d’antibiotique chez les bébés serait un facteur d’eczéma

L’eczéma, dont les causes sont encore peu connues, pourrait être lié à la prise d’antibiotiques dès le plus jeune âge, c’est du moins ce que révèle une récente étude britannique. Cette pathologie toucherait de plus en plus de personnes.

Baby-Phone : un soucis de réglementation en France

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 21/06/2013

Baby-Phone : un soucis de réglementation en France

En France, il n’y a aucune réglementation sur la puissance d’émission des babyphones. Or des tests réalisés par le CNRS sur les différents babyphones du marché montrent que, selon la marque, la puissance d’émission peut aller bien au-delà des limites tolérées à l’étranger

Le sommeil des nouveau-nés est influencé par leurs gènes

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 15/07/2013

Le sommeil des nouveau-nés est influencé par leurs gènes

Selon une étude québécoise, le patrimoine génétique du nouveau-né influerait sur son sommeil nocturne, tandis que le sommeil de jour serait lui influencé par l’environnement du bébé.

Le grand site de la petite enfance