> > > Les fast-foods français plus sains qu'aux États-Unis

Les fast-foods français plus sains qu'aux États-Unis

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/04/2012

Selon une étude, la teneur en sel des plats servis dans les grandes chaines de fast-food diffère selon les pays. Malgré le fait que dans les fast-foods français les plats soient encore trop salés, ils sont tout de même plus sains que ceux des fast-foods américains.

Les fast-foods français plus sains qu'aux États-Unis
La junk-food meilleure en France ? (Gabriel Amadeus / CC-by)

Des produits moins salés

Avec un public cible de plus en plus jeune, les fast-foods tiennent une place de plus une plus importante dans l'équilibre alimentaire des enfants. Le capital santé de l'adulte se constituant durant son enfance, l'impact sanitaire de ces restaurants n'est pas à prendre à la légère.

De nombreux efforts relatifs à l'équilibre ou à la constitution des différents plats ont ainsi été réalisés par les différentes chaines de ces restaurants.

Par exemple, dans les fast-foods en Grande Bretagne et en France, la baisse de consommation de sodium est dans les priorités pour leurs programmes de nutrition et de santé. Des fruits sont également proposés en dessert.

De manière générale, les plats de ces grandes chaines ne sont certes pas équilibrés, mais diffèrent d'un pays à un autre.

Une étude publiée dans une revue canadienne a démontré que la teneur en sel était différente pour des plats de fast-foods américains que dans les plats français ou britanniques d’une même chaîne.

Elizabeth Dunford, auteur de la recherche et chercheuse au « George Institue for Global Health » à Sydney, déclare : « Il y a vraiment de grands écarts sur la teneur en sel dans les six pays testés, alors que les produits portent partout le même nom. »

Les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont les 4 pays sur les 6 étudiés qui salent le plus leurs plats. La France et la Grande-Bretagne, malgré leur vigilance sur la teneur en sel de leurs plats, ne le sont pas assez d'après Elizabeth Dunford.

Seulement, une trop grande consommation de sel n'est pas anodine. De nombreux travaux scientifiques suggèrent que cela favorise certaines pathologies comme l'hypertension artérielle, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies rénales, certains cancers ou encore l'ostéoporose.

Contrairement aux idées reçues, les cardiaques et les personnes âgées ne sont pas les seuls concernés. C'est en réalité sur les enfants qu'il conviendrait de faire porter les efforts.

En effet, le sel induit en outre une augmentation de l'apport calorique, car il accentue l'appétit et la soif. Or un enfant obèse a plus de chances de le rester toute sa vie.

Actualités en rapport

La fin du perchloréthylène dans les pressings

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/04/2012

La fin du perchloréthylène dans les pressings

Toxique et interdit dans plusieurs pays, le perchloréthylène utilisé pour le lavage à sec sera désormais banni des pressings en France. L'interdiction sera progressive et s'étalera sur une dizaine d'années

Les colliers anti-parasitaires peuvent intoxiquer les enfants

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 23/04/2012

Les colliers anti-parasitaires peuvent intoxiquer les enfants

Après la liste dressée, par l'agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), mardi dernier, il a été annoncé que plusieurs colliers anti-puces et tiques allaient être retiré du marché en raison d'un risque d'exposition chronique notamment pour les enfants.

L'Afssaps valide le vaccin Prevenar

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 18/04/2012

L'Afssaps valide le vaccin Prevenar

Dix ans après l’introduction en France du vaccin contre le pneumocoque, Prevenar 13, l’heure est au bilan. Un bilan jugé positif par l'Afssaps qui publie régulièrement des informations sur le profil de sécurité d'emploi du vaccin.

La pollution est un facteur d'obésité infantile

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 30/04/2012

La pollution est un facteur d'obésité infantile

Une étude de la Mailman School de l'Université de Columbia présente des preuves cliniques que l'exposition prénatale aux polluants peut contribuer à l'obésité de l'enfant. Ces résultats ont été publiés dans le « l'American Journal of Epidemiology ».

Le grand site de la petite enfance