> > > Enfance : le pouce et la tétine font débat chez les orthodontistes

Enfance : le pouce et la tétine font débat chez les orthodontistes

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 07/11/2011

Dénonçant les effets à long terme d'un abandon de la tétine ou du suçage de pouce plus en plus tardif, la fédération française d'orthodontie ouvre un congrès sur le sujet à destination du grand public ce lundi 07 novembre.

Enfance : le pouce et la tétine font débat chez les orthodontistes
Le pouce ou la tétine à surveiller (Caitlin Regan / CC-by)

Sensibiliser les parents pour la santé bucco-dentaire des enfants

Souvent perçus comme un "phénomène" normal de réconfort le suçotage de pouce ou de tétine, peuvent pourtant avoir de graves conséquences à moyen et long terme sur la santé bucco-dentaire des enfants, mais également sur le développement psychologique de l'enfant. Des risques d'autant plus accrus que ce "suçotage " s'arrête tardivement.

Pour la fédération française d'orthodontie (FFO) réunissant un grand nombre d'experts, la tétine et le pouce sont donc des éléments auxquels il faut sensibiliser les parents.

Concrètement, la FFO ne condamne pas la tétine ni le pouce, mais plutôt leur "utilisation tardive" notamment chez les "enfants qui ont deux, trois, quatre ans, qui parlent, qui marchent, qui vont à l'école, et qui se promènent avec ce truc dans la bouche".

"Tout le problème est d'évoquer la dualité entre un besoin infantile qu'on peut comprendre, et un besoin qui dure dans le temps, qui là devient pathologique, et qui entraîne des malformations faciales" déclare ainsi le docteur Jean-Baptiste Kerbrat en marge du congrès organisé ce lundi à ce sujet.

D'un point de vue physique, les orthodontistes sont assez graves quant aux conséquences d'un suçotage intensif et tardif, évoquant ainsi une déformation parfois grave du palais, conduisant généralement à "un palais beaucoup plus étroit, plus creux, une mâchoire qui n'est pas assez large, donc forcément une mauvaise position des dents et puis aussi des incisives beaucoup plus en avant".

Pour la psychanalyste Claude Halmos, les conséquences sont aussi d'ordre psychique. "C'est très profondément perturbant pour l'enfant appelé à être grand et renvoyé à des sensations de quand il était nourrisson".

Actualités en rapport

Autisme : de nouvelles études pour comprendre le handicap

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 14/11/2011

Autisme : de nouvelles études pour comprendre le handicap

Dans une étude publiée la semaine dernière dans une revue scientifique américaine, des chercheurs se sont penchés sur l'autisme et ces symptômes. D'après eux, les enfants autistes auraient plus de neurones et un cerveau plus gros que l'ordinaire.

Étude Elfe : les derniers enfants sélectionnés le 5 décembre

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 05/12/2011

Étude Elfe : les derniers enfants sélectionnés le 5 décembre

Démarrée au mois d'avril, l'étude Elfe vient de terminer sa quatrième phase de sélection. Au total, 20 000 bébés ont été retenus et seront suivis jusqu'à leur 20 ans. Cette étude permettra de mieux comprendre l'impact de l'environnement sur le développement.

Pas de mensonge pour les nourrissons

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 08/12/2011

Pas de mensonge pour les nourrissons

Contrairement aux idées reçues, un nourrisson n'est pas totalement innocent. Une étude québécoise a permis de constater qu'un enfant âgé de quelques mois peut discerner le vrai du faux et s'en servir.

Allaitement : le Motilium ne doit pas être détourné.

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 08/12/2011

Allaitement : le Motilium ne doit pas être détourné.

L'usage du Motilium pour mieux allaiter va en s'accroissant. De plus en plus de médecins décident d'en prescrire pour favoriser la lactation, malgré les contres-indications de ce médicament. Certains spécialistes ont décidé de tirer la sonnette d'alarme face à ce mauvais usage.

Le grand site de la petite enfance