> > > L'hyperactivité des enfants liée à leurs ronflements

L'hyperactivité des enfants liée à leurs ronflements

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 07/03/2012

Selon une étude américaine, les enfants qui ronflent ou qui présentent des troubles respiratoires ont plus de risques d'être hyperactifs plus tard. Cette hyperactivité pourrait être due à une mauvaise respiration pendant le sommeil des tout-petits.

L'hyperactivité des enfants liée à leurs ronflements
Une vigilance supplémentaire demandée aux parents ? (ECohen / CC-by-sa)

L'hyperactivité due à des troubles du sommeil

Les résultats de l'étude américaine ont été publiés dans la revue « Pediatrics ».

Le sommeil et le comportement de 11 000 enfants britanniques ont été surveillés pendant les 7 premières années de leur vie.

Ainsi, les 2 à 4 % des enfants qui souffrent d'apnée du sommeil auraient des risques supplémentaires de développer des problèmes neuro-comportementaux.

Selon le site « Family practice News », 1 enfant sur 10 ronfle la nuit. Ce dernier aurait entre 20 et 60 % de risques de souffrir de troubles du comportement à 4 ans, et entre 40 et 60 % de risques d'en avoir à l'âge de 7 ans.

« Cette étude constitue la preuve que le ronflement, les apnées observées à la maison et la respiration par la bouche peuvent provoquer ou favoriser l'émergence future de l'hyperactivité et d'autres comportements problématiques chez les enfants ».

Les chercheurs estiment que « les effets des troubles respiratoires du sommeil ont dépassé ceux du tabagisme maternel, de l'éducation maternelle et de l'emploi du père ».

Ces problèmes comportementaux chez l'enfant qui ronfle ou qui souffre de problèmes respiratoires seraient dus à la réduction de l'apport en oxygène au cerveau.

Cette découverte est une avancée qui pourrait permettre d'enrayer la prise de médicaments contre l'hyperactivité en traitant ses causes par l'observation du sommeil.

L'hyperactivité peut se confondre avec de l’immaturité

Des chercheurs canadiens de la British Columbia University sont, dans le cadre d'une autre étude, parvenus à une autre conclusion. Ils ont ainsi découvert que le mois de naissance d'un élève peut avoir des conséquences sur sa supposée hyperactivité.

En effet, ils ont remarqué qu'un diagnostic de trouble neuro-comportemental est plus souvent posé chez les plus jeunes de la classe, qui ont parfois jusqu'à un an d'écart avec leurs camarades les plus âgés.

Ceux nés en fin d'année ont ainsi 70 % plus de risques d'être considérés comme hyperactifs, par rapport à ceux nés en janvier.

Pour les chercheurs, ces résultats s’expliquent très simplement. Les enfants nés plus tard sont en réalité simplement « immatures » en comparaison à leurs copains de classe.

Richard Morrow, le directeur de la recherche souligne qu'ils « manifestent ainsi un manque de concentration, des difficultés à rester calmes, de l'impatience, de la désorganisation ou de l'impulsivité ».

Actualités en rapport

L'OMS promeut à nouveau l'allaitement maternel

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 29/02/2012

L'OMS promeut à nouveau l'allaitement maternel

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'allaitement au sein est un moyen efficace de préserver la santé et d'assurer la survie de l'enfant. Allié à une alimentation d'appoint, il aiderait à prévenir la malnutrition et permettrait de sauver environ 1 million d'enfants.

La césarienne facteur de complications pour les accouchements suivants

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 14/03/2012

La césarienne facteur de complications pour les accouchements suivants

Une récente étude australienne, parue dans une revue scientifique américaine, montre que les femmes qui ont subi une césarienne pour leur premier enfant ont plus de risques de complications si elles accouchent par voie vaginale pour le deuxième.

Médicament : rappel de lots d'Advil pour nourrisson

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 14/03/2012

Médicament : rappel de lots d'Advil pour nourrisson

Le laboratoire de médicaments Pfizer Santé Familiale et l'Afssaps ont décidé de procéder au rappel d'un lot du médicament Advil pour enfants et nourrissons. Ce rappel se ferait par « mesure de précaution ».

Un lien entre les coliques du nourrisson et les migraines

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 27/02/2012

Un lien entre les coliques du nourrisson et les migraines

Une étude américaine montre du doigt un lien possible entre les coliques du nourrisson et les migraines. En effet, les femmes subissant des migraines seraient deux fois plus susceptibles de donner naissance à un bébé qui souffrira de coliques.

Le grand site de la petite enfance