> > > Supamam, working-mum et blogueuse

Supamam, working-mum et blogueuse

Article publié dans "Rencontres" le 05/05/2014

Lors de nos précédentes rencontres, nous avions pu découvrir avec plaisir différentes tranches de vie de parents blogueurs, qu’ils soient actifs ou parents aux foyers, par choix ou par nécessité. Cette fois-ci, c’est une working mum qui répond à nos questions et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de supamam du blog supamam.wordpress.com

Supamam, working-mum et blogueuse
Supamam lors de la dernière rencontre SO Blogueuses à Toulouse (copyright Studio Happy To See)

Supamam le blog

Régulièrement alimenté d’anecdotes, de ressentis personnels ou encore de coups de cœur, le blog de supamam raconte l’histoire au quotidien d’une maman accomplie. Le blog fêtera ses 2 ans en juillet prochain

Bonjour Supamam, en quelques mots, la supafamily c’est qui, c’est quoi ?

Bonjour ! Les Supas sont composés d’un supapapa de 34 ans, rencontré il y a déjà 10 ans et marié en décembre dernier, d’un supabb de 3 ans, d’une supachienne de 6 ans (approximativement) et de moi supamam, 31 ans.

Pourquoi ce blog ? S’agit-il d’une forme d’exutoire, d’un besoin particulier ?

Devenir mère n’a pas été inné chez moi. J’ai passé plusieurs semaines à chercher des conseils, à tenter de comprendre ce nouveau métier. C’est comme ça que j’ai découvert la blogosphère des parents. Au début seulement lectrice, j’ai décidé d’ouvrir mon propre blog pour partager mes doutes, mes joies, un peu comme on le faisait dans les 90’s sur un bon vieux carnet intime !

Je pense qu’au départ je cherchais à être rassurée par les lecteurs sur mon rôle de mère : est-ce que je fais bien ceci ou cela, est-ce que votre enfant fait ça aussi… Et puis je me suis dit que je pouvais aussi partager des expériences constructives, des astuces de nouvelle maman.

C’est sans prétention aucune que je me dévoile un peu plus tous les jours, à la fois sur mon blog, ma page Facebook et Twitter. J’ai trouvé un réseau dans lequel je me sens bien, comme un bon fauteuil douillet, des personnes avec qui j’échange régulièrement sur des sujets qui me fascinent comme la parentalité positive et l’éducation bienveillante. Ce blog, c’est ma bulle d’air dans mon quotidien surchargé !

Working-mum

Professionnellement, vous êtes également gérante de votre société avec votre mari. Votre activité professionnelle tient une énorme place dans votre vie, vous vous définissez d’ailleurs comme une working mum. L’arrivée de supabb a sacrément dû chambouler cet univers.

Comment conciliez-vous une vie professionnelle très active et une vie de jeune maman ?

Je serais tentée de dire que ça se fait un peu tout seul, il le faut bien ! On ne pouvait pas stopper nette l’activité à la naissance de supabb et on ne pouvait pas non plus faire que supabb ne soit pas là ! Alors, on fait des concessions, et surtout on s’organise !!

Nous avons la chance d’avoir notre propre société ce qui nous permet d’aménager nos horaires en fonction de nos besoins pour supabb, mais c’est aussi très contraignant parce qu’on a beau être les « boss », notre société c’est aussi notre bébé. Avant la naissance de supabb, ça faisait déjà 3 ans qu’on travaillait jour et nuit, soirs et week-end à la développer. Aujourd’hui on s’organise pour que l’un de nous puisse rester travailler plus tard et l’autre rentre chercher supabb. Les journées sont souvent très longues, mais travailler pour soi ça n’a pas de prix aujourd’hui ! J’espère juste que supabb ne nous le reprochera pas plus tard…

Quelles sont les principales difficultés que vous avez pu rencontrer à la reprise de votre activité après la grossesse ?

Une reprise trop rapide ! Le lendemain de mon retour de maternité je faisais de la compta : DJ’ai quand même pu rester avec mon bébé jusqu’à ses 6 mois, je m’étais organisée pour travailler depuis chez moi à 80 %. Les premiers mois, c’est plutôt facile, supabb dormait beaucoup. Mais le plus dur c’était la fatigue quotidienne à gérer comme tous les jeunes parents. Nous avons ensuite placé supabb chez une nounou pour que je puisse retourner au bureau à 100 %.

Le plus dur dans une vie de working-mum ?

C’est compliqué de trouver du temps pour tout ce qu’on voudrait faire, mais surtout pour se retrouver à deux. On travaille ensemble, mais se retrouver juste tous les deux c’est pas fréquent. Mes parents et ma sœur habitent pas très loin, ce qui nous permet quand même d’avoir des week-ends de repos ^^

Les meilleurs moments ?

Les vrais moments à trois, quand on prend le temps de profiter de notre supabb. Ils sont rares, c’est toujours la course !

Quand je le vois faire des nouvelles choses, qui sont si évidentes pour nous. Quand je le vois essayer et réussirIl me tarde aussi qu’il grandisse pour lui faire découvrir notre métier, notre passion :)

Une nounou pour Supabb

Dans de précédents billets, nous étions partis à la rencontre de parents au foyer. Pour Thomas de Pap'à la maison il s’agissait d’un choix, pour Karine d’un bébé pour mes 30 ans, c’était la seule solution viable. Vous, vous avez opté pour prendre une nounou.

Quelles sont les raisons qui vont ont poussé à choisir ce mode garde et pas un autre ? Pourquoi pas les crèches par exemple ?

Nous étions obligés de faire garder supabb. Nous avons monté notre propre société, ce n’était pas pour abandonner le navire à la naissance d’un bébé. Et puis je ne me voyais pas être mère au foyer il y a 3 ans. Je n’ai jamais gardé d’enfant, à vrai dire je n’étais pas à l’aise avec les enfants, du coup j’étais en panique à l’idée de rester des journées entières à occuper mon fils ! Notre premier réflexe avait été de placer supabb en crèche. Mais nous habitons un petit village, nous dépendons des villes limitrophes dans lesquelles les places en crèches sont rares et surtout réservées en priorité aux habitants de la commune… Autant vous dire qu’on pouvait attendre d’avoir une place !
Nous avons donc choisi une nounou, pardon LA nounou ^^

Elle est une extension de nous, de nos choix de vie et d’éducation que l’on voulait pour notre fils. Elle s’est même inscrite à une formation Montessori, c’est dire ! Nous avons de la chance de l’avoir trouvé :)

Si c’était à refaire (ou dans l’optique d’un nouveau supa bébé), vous partiriez sur le même mode de fonctionnement ou changeriez certains points (sur le mode de garde, la reprise du travail…) ?

Dans l’idéal, j’aimerai prendre plus de temps avant de reprendre le travail. Peut-être un an. Je ferais certainement les choses différemment, parce que je me suis pas mal informée depuis. Je suis plus à l’aise, plus tranquille. Mais je ne pourrais pas arrêter de travailler complètement ! Mon travail c’est ma vie aussi, c’est un autre moyen d’expression.

Je voudrais juste faire en sorte d’être moins stressée, de profiter simplement de ces doux moments. Mais depuis peu j’y travaille, je relativise beaucoup de choses.

Pour le mode de garde, je conserverai une nounou sans hésiter ! J’aime l’impression que cette personne fait partie de notre famille. J’ai une confiance aveugle dans notre supanounou !

Supabb deviendra grand

Dans quelques mois supabb fera sa première rentrée à l’école maternelle.

Comment préparez-vous ce moment ?

On s’est occupé de l’inscription il y a quelques semaines. On en parle, mais sans mettre de pression inutile. Supabb a hâte d’y aller, il ne se rend pas compte ^^

Il va y retrouver des enfants qu’il connait déjà et puis il a son sac à dos Super Ecureuil pour l’accompagner !
Moi je ne m’inquiète pas pour mon fils, il saura s’intégrer. Je m’inquiète plus pour la pédagogie qui va être mise en place, de la manière dont les besoins de mon fils vont être écoutés. J’appréhende les premiers soirs, son comportement me dira ce qu’il a ressenti !

Je culpabilise quand même, parce que le pauvre va devoir faire des grosses journées. Nous travaillons à 30 min de chez nous (et donc de l’école), on va devoir le déposer le matin à 7 h 45 et le récupérer le soir vers 18 h 30… pour un si petit ça m’angoisse.

Pensez-vous que cela change quelque chose sur votre vie de supamam ?

Côté professionnel ça va nous simplifier l’organisation. Actuellement, on est obligé de prendre deux voitures pour aller travailler au même endroit o_O On pourra enfin s’organiser pour voyager ensemble !
Côté perso, je suis curieuse de le voir apprendre. Mais je suis peut-être naïve, je ne me rends peut-être pas encore trop compte du changement qui va s’opérer…

Un supa dernier mot ?

Ce blog c’est une part de moi, peut-être pas celle que mes proches connaissent le mieux, mais je ne me cache pas. Je suis heureuse d’échanger tous les jours avec des personnes d’horizons si différents. Je remercie tous ceux qui me lisent et le site AlloCrèche pour l’intérêt porté à mon (3e) bébé ;)

Pour suivre les aventures de supamam, c’est par ici : supamam.wordpress.com ; ou encore ici : www.facebook.com/leblogdesupamam ; ou même ici : instagram.com/supamamblog.

Articles en rapport

Le quotidien d’un éducateur de jeunes enfants

Article publié dans "Rencontres" le 11/04/2014

Le quotidien d’un éducateur de jeunes enfants

Travailler dans la petite enfance est une affaire de professionnels. Mais les diplômes ne font pas tout et Jérémy nous le prouve une nouvelle fois en nous présentant son métier d’éducateur de jeunes enfants avec la passion qui le caractérise.

Gaël, du blog Papa Teste

Article publié dans "Rencontres" le 13/06/2014

Gaël, du blog Papa Teste

Cette semaine nous rencontrons un papa spécialiste des tests en tout genre, Gaël de papateste.fr. Aidé de ses deux petits garçons, Gaël joue, expérimente et note tout un tas d’articles et d’activités. Jeux, jouets, objets de puériculture ou conçus pour les parents, sorties en famille, tout y passe.

Edgard, mascotte et représentant rugissant d'AlloCrèche

Article publié dans "Rencontres" le 14/03/2014

Edgard, mascotte et représentant rugissant d'AlloCrèche

Cette semaine nous vous proposons une interview un peu particulière puisque nous interrogeons Edgard, la mascotte d’AlloCrèche qui est également notre envoyé spécial et intervenant privilégié auprès des internautes.

La compagnie Alfred de la Neuche, la musique pour les tout-petits

Article publié dans "Rencontres" le 15/11/2013 - Mis à jour le 21/02/2014

La compagnie Alfred de la Neuche, la musique pour les tout-petits

L’éveil des tout-petits n’est pas qu’une affaire de scientifiques et sociologues. Apprivoisant les sons, bruits et accompagnements en tout genre, la Compagnie Alfred de la Neuche utilise la musique pour le plus grand bien de toutes les générations.

Le grand site de la petite enfance