> > > Vitamine D et « fausse-route » chez le nourrisson, l’ANSM communique

Vitamine D et « fausse-route » chez le nourrisson, l’ANSM communique

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 03/12/2013 - Mise à jour le 30/01/2014

Les médicaments à base de vitamine D font encore parler d'eux. Des nouveaux cas de malaise ont été déclarés chez les nourrissons à la suite de l'administration de vitamine D. L'ANSM fait donc quelques recommandations pour éviter ces situations.

Vitamine D et « fausse-route » chez le nourrisson, l’ANSM communique
L’ANSM émet des recommandations sur les modes l’administration des vitamines D chez le bébé (Wikimedia Commons - SKE/PD-USGOV).

Des malaises chez les nourrissons

Sur son site internet l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) indique que plusieurs cas « de malaise et de fausse-route chez les nourrissons » ont été déclarés suite à l’administration d’Uvestérol D 1500 Ul/ml et d’Uvestérol vitaminé ADEC, à base de vitamine D.

Les cas répertoriés par l’ANSM sont principalement survenus « chez des nouveau-nés prématurés et des bébés âgés de moins d’un mois », rappelle l’agence sur son site.

Depuis 2006, une enquête de pharmacovigilance est en cours sur ces 2 produits prescrits, pour prévenir et traiter des carences en vitamines chez les enfants jusqu’à 5 ans. En 2011, un plan de gestion des risques a aussi été mis en place en ce qui concerne ces prescriptions.

Les recommandations de l’ANSM

Pour limiter le plus possible ce genre de situation, l’ANSM a fait quelques recommandations. Elle a notamment demandé au laboratoire qui fabrique ces médicaments d’instaurer « des mesures de minimisation des risques ».

Les pharmaciens et les médecins ont aussi un rôle à jouer. L’ANSM préconise la distribution de fiches-conseils aux parents. Ces fiches donneront des indications sur la manière d’administrer l’Uvestérol D 1500 Ul/ml et l’Uvestérol vitaminé ADEC aux enfants.

Ces conseils sont importants puisque le mode d’administration est différent pour un enfant prématuré ou un enfant né à terme.

De fait, pour les enfants prématurés il est recommandé de diluer le produit dans du lait ou de l’eau, de l’administrer avant le biberon et de ne pas allonger l’enfant juste après. Pour les bébés nés à terme il faut également administrer le produit avant le biberon, mais cette fois à l’aide de la pipette fournie dans la boite.

Actualités en rapport

Le gouvernement suédois déconseille à son tour le co-sleeping

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 05/12/2013

Le gouvernement suédois déconseille à son tour le co-sleeping

Adopté par de nombreuses personnes le co-sleeping ou co-dodo ne fait pas l’unanimité parmi les autorités médicales et scientifiques. En Suède, le gouvernement déconseille désormais cette pratique, jugée trop risquée pour le nourrisson.

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 26/11/2013

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Une enquête du syndicat français des aliments de l’enfance révèle les mauvaises habitudes alimentaires des tout-petits et de leurs parents. Au menu : repas complets tardifs et diversification alimentaire retardée ; repas devant la télé et sensation de satiété altérée.

Le régime alimentaire du père joue sur la santé de son futur enfant

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/12/2013

Le régime alimentaire du père joue sur la santé de son futur enfant

Parfois ignoré, le régime alimentaire du père avant la conception de l’enfant aurait pourtant un réel impact sur la santé du futur enfant. Une étude de l’Université de McGill de Montréal met le doigt sur les cas de carence en vitamine B9.

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 17/12/2013

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Face à la popularité des objets connectés, la société Sproutling s’est penchée sur un bracelet électronique pour bébés. Ce dernier permettrait une surveillance continue et à distance du nourrisson, mais certains parents sont inquiets de l’impact de ce bracelet sur leur enfant.

Le grand site de la petite enfance