> > > Un rapport pour lutter contre la fondation des stéréotypes filles-garçons

Un rapport pour lutter contre la fondation des stéréotypes filles-garçons

Actualité publiée dans "Société" le 17/01/2014

Un nouveau rapport sur les stéréotypes filles-garçons a été publié ce 15 janvier par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP). Abordant entre autres le rôle et l’influence de l’implication masculine dans la construction de ces stéréotypes, le CGSP formule 30 propositions.

Un rapport pour lutter contre la fondation des stéréotypes filles-garçons
Les stéréotypes et préjugés filles-garçons se développent dès le plus jeune âge (Flickr - Ilya Haykinson/CC-BY-SA-2.0)

Un rapport pour identifier les sources des stéréotypes filles-garçons

Mandaté par Najat Vallaud Belkacem, ministre des Droits des femmes, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective s’est penché sur la question des stéréotypes sexués et de leur implication dans l’enfance.

À cet effet un rapport intitulé « Lutter contre les stéréotypes filles – garçons. Un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance » a été remis à la ministre. Ce rapport est disponible sur le site www.strategie.gouv.fr ou en version PDF en cliquant ici.

Pour les experts, « les réelles positions sociales des hommes et des femmes ne résultent pas uniquement de choix de vie individuels et rationnels, mais aussi, et très profondément, d’habitudes, de clichés, de traditions, qui n’influencent pas seulement les goûts des individus, mais aussi les institutions et les ressources qu’elles constituent pour chacun et chacune »

En se penchant sur les phénomènes sociaux qui conduisent à la persistance et au transfert de ces stéréotypes entre générations, les auteurs du rapport ont identifié un grand nombre de critères, d’habitudes et de comportement sociaux sur lequel il serait préférable d’agir. 30 recommandations sont émises dans ce sens.

Un engagement masculin plus limité dans la petite enfance

L’acquisition, « l’intériorisation » par l’enfant de ces « clichés » sexuels, va débuter dès son plus jeune âge, au cours de ce que les experts appellent la « période de socialisation précoce », c’est-à-dire entre 0 et 6 ans. Les auteurs différencient ainsi trois processus :

  • la « catégorisation » du monde entre masculin et féminin ;
  • la « prise d’exemple », l’observation par le jeune enfant de son environnement constituant en soi un apprentissage de la division des rôles sociaux entre hommes et femmes ;
  • le « renforcement », quand l’enfant est encouragé dans les comportements conformes à son sexe

Au cours de cette période, l’implication du père va jouer un rôle important dans ces trois processus, de même que la présence de l’homme en dehors de la famille. L’enfant va en quelque sorte se construire une image, identifier le rôle de la femme comme étant plus présent dans son éducation précoce.

Peu d’hommes dans les structures d’accueil et des pères moins impliqués

À titre d’exemple, le rapport évoque la faible participation des pères aux actions de préparation à la naissance. En parallèle, l’étude note que « les dispositifs réputés universels de soutien à la parentalité tendent également à être exclusivement investis par des mères ».

Autre exemple « Si lors de la naissance d’un enfant, plus de 65 % des pères prennent leur congé de paternité, seul un homme sur neuf (12 %) prolonge au-delà son absence » contre 55 % des femmes.

Dans les structures d’accueil professionnelles, la prise en charge des tout-petits est majoritairement féminine, avec dans le secteur de l’accueil et de l’éducation des jeunes enfants un taux moyen de masculinisation de seulement 1,3 % à 1,5 %. Dans les structures collectives, ce taux est de 3 %.

Des propositions pour réduire l’intériorisation des stéréotypes

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective émet 4 recommandations (pages 10 et 11 du rapport) relatives à cette implication masculine dans la période de socialisation :

  • La mise en place de dispositifs de préparation et d’accompagnement à la parentalité plus inclusifs et plus adaptés pour les futurs pères ;
  • le développement d’outils permettant une plus grande flexibilité du travail et ainsi une meilleure conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle ;
  • l’établissement d’un recueil de bonnes pratiques d’implication des pères à destination des professionnels de la petite enfance.
  • la mise en place d’un « plan national d’action pour la montée en mixité des métiers de la petite enfance au sein du futur “Plan métiers de la petite enfance” ».

À noter que l’étude ne s’arrête pas à cette période de socialisation des jeunes enfants, mais porte aussi sur les dispositifs :

  • d’orientation scolaire et métiers ;
  • les inégalités et discriminations filles-garçons dans les outils pédagogiques, les pratiques éducatives et la socialisation scolaire ;
  • les inégalités et différences dans les pratiques sportives et culturelles ;
  • la santé des jeunes au féminin et au masculin.

Un supplément de 35 pages sur les stéréotypes et inégalités filles-garçons dans les industries de l’enfance vient compléter ce rapport. Il y est question des jouets et jeux pour enfants, des médias, des films, des livres, à visées éducatives ou non et du rôle des parents dans leur distribution.

Actualités en rapport

Plus de places en crèches et moins d’inégalités sociales

Actualité publiée dans "Société" le 14/01/2014

Plus de places en crèches et moins d’inégalités sociales

Dans un rapport rendu public ce lundi 13 janvier, le groupe de réflexion Terra Nova, revient sur l’importance des crèches dans la lutte contre les inégalités sociales. L’objectif du rapport : pousser au développement de crèches à haute qualité éducative, destinées en priorité aux familles pauvres

Allocations : le CLCA est plus avantageux pour des enfants nés en fin d’année

Actualité publiée dans "Société" le 05/02/2014

Allocations : le CLCA est plus avantageux pour des enfants nés en fin d’année

Selon une étude de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), les calendriers de versement d’allocations comme le CLCA ou la CMG seraient plus ou moins avantageux selon le mois de naissance de l’enfant.

Décret Morano : « Pas de bébés à la consigne » ne veut plus attendre

Actualité publiée dans "Société" le 07/02/2014

Décret Morano : « Pas de bébés à la consigne » ne veut plus attendre

En mai 2012, la ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti avait promis l’abrogation du décret Morano. En l’absence de décision gouvernementale à ce sujet, le collectif « Pas de bébés à la consigne » a fait connaître ses propositions.

5 % des Français ne veulent pas d'enfant (étude Ined)

Actualité publiée dans "Société" le 14/02/2014 - Mise à jour le 03/11/2014

5 % des Français ne veulent pas d'enfant (étude Ined)

Pour beaucoup de français, avoir un enfant ne fait pas partie des objectif personnels à court comme à long terme. Selon une étude de l’institut national d’études démographiques (INED), publiée le 12 février dernier, près de 5 % des Français ne souhaiteraient pas avoir d’enfant.

Le grand site de la petite enfance