> > > L’OMS veut réduire les apports en sucre au maximum

L’OMS veut réduire les apports en sucre au maximum

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 07/03/2014

Afin de lutter contre les problèmes de surpoids dans le monde entier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’attaque désormais au sucre. Du 5 au 31 mars 2014, l’OMS lance une consultation publique qui devrait aboutir sur des recommandations nationales sur les apports journaliers en sucres.

L’OMS veut réduire les apports en sucre au maximum
L’OMS veut s’attaquer également aux sucres cachés, présents dans le ketchup par exemple (Flickr – Joe Goldberg/CC-by-2.0)

Une consultation publique pour réduire la consommation de sucre dans le monde

Pour lutter contre les problèmes de santé publique comme l’obésité, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de s’attaquer à la consommation de sucre dans le monde.

L’OMS a décidé de lancer une consultation publique, du 5 au 31 mars 2014, afin d’établir les nouvelles recommandations sur les apports journaliers en sucre. Ces nouvelles lignes directrices devraient ensuite être appliquées dans tous les pays.

« Les limites proposées au sujet des apports en sucres dans ce projet de lignes directrices s’appliquent aux monosaccharides (tels que le glucose et le fructose) et aux disaccharides (tels que le sucrose ou sucre de table) qui sont ajoutés aux aliments par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur », précise l’OMS, « ainsi qu’aux sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruit et les concentrés de fruits ».

Pour l’instant l’organisation propose que les apports en sucre soient inférieurs à 10 % de l’apport calorique journalier. Elle envisage donc de limiter à 6 cuillères à café, soit 25 grammes, le taux de sucre par jour. Ces recommandations prennent aussi en compte les « sucres cachés » se trouvant dans certains plats transformés comme le ketchup ou les sodas.

Diminuer les apports en sucre pour lutter contre l’obésité

Après une étude sur la nutrition dans 53 pays, l’OMS a noté que « le surpoids est désormais plus fréquent qu’inhabituel », rappelle « le quotidien du médecin ».

Alors qu’aux États-Unis l’obésité aurait reculé chez les 2-5 ans, 4 pays d’Europe enregistrent un taux d’obésité de plus de 30 % chez les enfants de 11 ans :

  • Grèce : 33 %
  • Portugal : 32 %
  • Irlande : 30 %
  • Espagne : 30 %

Même si la France reste un des pays européens ou l’obésité est moins répandue, 19 % des garçons et 11 % des filles de 11 ans sont en surpoids.

L’OMS explique que s’attaquer à la consommation de sucre pourrait être un bon début pour tenter de réduire le taux d’obésité dans le monde. L’organisation encourage également à consommer davantage de légumes et de fruits et de promouvoir l’activité physique.

 

Actualités en rapport

Les saisons influencent le cerveau humain dès la naissance

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/03/2014

Les saisons influencent le cerveau humain dès la naissance

D’après une étude parue dans le numéro du mois de mars de la revue scientifique « NeuroImage », le mois de naissance des individus peut avoir une influence sur le développement du cerveau et leur comportement. Basés sur l’observation des cerveaux, les travaux de Spiro Pantazatos pourraient...

Les laits infantiles en poudre contiennent trop d'aluminium (INC)

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/02/2014

Les laits infantiles en poudre contiennent trop d'aluminium (INC)

Après une analyse de la composition des laits infantiles, le magazine « 60 millions de consommateurs » a constaté que la moitié des laits en poudre 1er âge et 2e âge testés contenaient de l’aluminium dans des concentrations non négligeables. Les experts appellent les autorités à réagir.

La Haute autorité de santé redéfinit les critères de sorties de maternité

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 19/03/2014 - Mise à jour le 23/05/2014

La Haute autorité de santé redéfinit les critères de sorties de maternité

Pour clarifier les critères de sorties de maternité et les modalités d’accompagnement du retour à domicile, la Haute autorité de Santé a publié de nouvelles recommandations à destination des professionnels, mais également des parents. L’objectif de ces travaux : préparer au mieux et le plus tôt...

Gastro-entérite du nourrisson : le HCSP recommande deux vaccins

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 19/02/2014

Gastro-entérite du nourrisson : le HCSP recommande deux vaccins

Après plusieurs preuves de l’efficacité des vaccins contre la gastro-entérite à rotavirus, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande le Rotarix et le Rotareq. Cette recommandation reste tout de même sous condition : une baisse de leur prix.

Le grand site de la petite enfance