> > > Les services publics de la petite enfance coûtent cher

Les services publics de la petite enfance coûtent cher

Actualité publiée dans "Société" le 31/07/2012

L'économiste Hélène Périvier estime que la mise en œuvre et le fonctionnement d'un service public dédié à la petite enfance coûteraient plusieurs milliards d'euros. Cet investissement serait en partie compensé par les effets positifs sur l'emploi.

Les services publics de la petite enfance coûtent cher
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé est au coeur des décisons politiques sociales et familiales françaises (sources : http://www.social-sante.gouv.fr)

Un coût de la petite enfance élevé

Au moment de son élection, François Hollande s'était engagé à créer un vrai service public de la petite enfance. Suite à cette déclaration, l'économiste Hélène Périvier a étudié le coût que ce projet pourrait avoir.

Ses estimations ont été publiées dans la note du 26 juillet dernier de l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Selon l'économiste, la France est en « pénurie de places d'accueil des jeunes enfants » qui serait « de l'ordre de 400 000 ».

Hélène Périvier estime que les propositions du président sont pour l'instant « imprécises » même si ce dernier a précisé que l'accent serait mis « sur l’accueil collectif, en associant un accueil de qualité avec la création d’emplois de qualité dans ce secteur ».

Il faudrait d'abord atteindre un niveau de scolarisation des moins de 3 ans égal à celui de 2000 où il était de 35 % contre 11 % aujourd'hui. Pour l'économiste de l'OFCE, cet objectif serait atteignable au bout de 10 ans.

L’économiste chiffre, dans sa note, le coût annuel d'investissement à 940 millions d'euros. Il serait en grande majorité pour l'école, et autour de 40 % pour les places en crèche.

Le coût du fonctionnement, lui, monterait « progressivement en puissance » pour atteindre 4,75 milliards au bout de 10 ans, soit 50 % de plus par rapport aux dépenses actuelles dans le secteur.

Un secteur impactant positivement les emplois

L'économiste précise aussi que cet investissement serait en partie comblé par les effets positifs de ce secteur sur l'emploi. Dans le rapport, il est indiqué qu'environ 60 000 emplois « stables et de qualité » seraient créés en 10 ans.

Par exemple, pour les équipements d'accueil pour jeunes enfants (EAJE), le taux d'encadrement étant de 1 adulte pour 5 enfants, on peut estimer que 4000 personnes seraient recrutées à temps plein sur 10 ans.

Le rapport explique aussi que vu que 6 enfants sur 10, de moins de 3 ans, sont gardés par un de leurs parents, 60 000 emplois supplémentaires pourraient également voir le jour.

Selon Hélène Périvier, « les trajectoires professionnelles continues des femmes réduisent le risque de pauvreté et favorise l’égalité professionnelle femmes-hommes. Un service public de la petite enfance est donc porteur d’égalité et de justice, mais aussi de dynamisme économique ».

Actualités en rapport

La chaîne Gulli va proposer une émission de recherche de nounous

Actualité publiée dans "Société" le 31/07/2012

La chaîne Gulli va proposer une émission de recherche de nounous

Suite au problème de garde d'enfants, la chaîne Gulli proposera en octobre une « nounou-réalité » dans le but d'aider les parents à trouver une nourrice pour leur enfant. Ce programme sera diffusé pendant 2 mois et se déroulera en Picardie et en Île-de-France.

Une collection de peluches et de doudous 100 % bio

Actualité publiée dans "Société" le 01/08/2012

Une collection de peluches et de doudous 100 % bio

Le créateur et fabricant de jouets de grandes marques, Shok Id, a lancé sa propre gamme de jouets et peluches d'éveil entièrement biologique certifiée « Global organic textile standard » (GOTS).

Échec scolaire : l'institut Montaigne mise sur les crèches

Actualité publiée dans "Société" le 01/08/2012

Échec scolaire : l'institut Montaigne mise sur les crèches

Pour l'institut Montaigne, l'école primaire est le point faible du système éducatif français. L'institut est en accord avec le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, et estime qu'il faut lutter contre l'échec scolaire dès la petite enfance.

Les enfants handicapés restent plus exposés aux violences (OMS)

Actualité publiée dans "Société" le 27/07/2012

Les enfants handicapés restent plus exposés aux violences (OMS)

À la demande de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), une étude a été menée par « The Lancest » sur les enfants handicapés et la violence à leur égard. Les résultats montrent qu'ils ont 4 fois plus de risques de subir des violences que les autres.

Le grand site de la petite enfance