> > > Les reptiles, des animaux de mauvaise compagnie pour les tout-petits ?

Les reptiles, des animaux de mauvaise compagnie pour les tout-petits ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 09/01/2014

Les reptiles sont de plus en plus souvent utilisés comme des animaux de compagnie. En 2003, ils étaient plus de 1 million à vivre dans nos foyers. Porteurs de nombreuses bactéries dont la redoutée salmonelle, ces animaux constituent un danger potentiel pour les enfants en bas âge.

Les reptiles, des animaux de mauvaise compagnie pour les tout-petits ?
Les serpents et autres reptiles sont de plus en plus appréciés comme animaux de compagnie (Wikimedia Commons – Wibowo Djatmiko/CC-by-sa-3.0)

Des risques réels d’infections chez les moins de 5 ans

Les scientifiques estiment que plus de la moitié des reptiles comme les tortues, les serpents, les iguanes ou encore les lézards sont porteurs de salmonelles (Salmonella sp). Ces bactéries sont généralement responsables de salmonelloses voire de méningites chez les enfants de moins de 5 ans.

Dans une étude publiée le 7 janvier dernier dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), l’Institut de veille sanitaire (InVS) a souhaité évaluer ce risque d’infection en France métropolitaine. Une enquête a ainsi été menée en 2012 auprès d’enfants de moins de 5 ans ayant eu une infection à Salmonella. En 2003, 3 % des foyers français possédaient un reptile en animal de compagnie.

Dans cette étude, 41 cas ont été analysés :

  • 13 patients (32 %) avaient été exposés à des reptiles domestiques ;
  • chez 21 patients (51 %), le mode de contamination n’a pas été retrouvé, mais il n’y avait pas d’exposition à un reptile ;
  • pour 7 cas (17 %), un autre mode de contamination a été identifié (intoxication alimentaire ; transmission de personne à personne...).

En parallèle, l’InVs rappelle qu’aux États-Unis, entre 2011 et 2013, plusieurs épidémies de salmonellose humaines ont été attribuées en partie aux reptiles. Dans 74 cas, l’infection a été transmise par des tortues de compagnies. La plupart des personnes infectées étaient des enfants.

Des infections possibles même sans contact direct

Les scientifiques mettent en garde les parents puisque ces infections peuvent être transmises aux enfants sans contact direct. Selon l’étude, 1 seul des 13 enfants ayant été en contact avec des reptiles l’avait été directement.

Contenues dans le tube digestif des reptiles, les bactéries peuvent être ainsi transportées par des animaux non malades. « Après excrétion dans l’environnement, ces bactéries peuvent survivre plusieurs jours, voire plusieurs semaines si les conditions de température et d’humidité sont favorables. Il s’ensuit un risque de transmission à l’homme par voie orale », précise l’InVS.

Quelques recommandations et mesures de contrôle

Les enfants étant un public fragile et particulièrement sensible à ces bactéries, l’InVS souhaite prendre quelques mesures. En France, aucune mesure de contrôle ou de prévention n’existe sur le sujet.

L’InVS estime qu’il faut « une information du grand public et des professionnels de santé sur ce risque pour prévenir des cas d’infections potentiellement graves chez les jeunes enfants ».

En Suède, après une campagne d’information adaptée, les cas de salmonelloses transmises par des reptiles sont passés de 12 % à 6 %. Aux États-Unis, il est conseillé aux parents d’enfants de moins de 5 ans de ne pas adopter de reptiles ou d’amphibiens comme animaux de compagnie. Le « Center for Disease Control and Prevention » (CDC), équivalent américain de l’InVS, a d’ailleurs édité toute une série de recommandations à l’attention des propriétaires de reptiles.

Pour aller plus loin : l’étude de l’InVS en PDF.

Actualités en rapport

Les jouets et les peluches favorisent les otites et les angines

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 07/01/2014

Les jouets et les peluches favorisent les otites et les angines

Les jouets et les peluches des tout-petits seraient de vrais nids à bactéries selon des chercheurs américains. Responsables de certaines infections comme les otites ou encore les angines, les germes trouvés sur ces objets resteraient dangereux pendant plusieurs mois.

Coqueluche : vers un vaccin nasal, plus efficace chez le nourrisson

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 13/01/2014

Coqueluche : vers un vaccin nasal, plus efficace chez le nourrisson

Malgré une vaccination obligatoire dès l’âge de 2 ans, la coqueluche touche encore beaucoup de personnes. Souhaitant améliorer l’efficacité des campagnes de vaccination, une équipe de chercheurs développe actuellement un nouveau vaccin nasal. Les premiers tests sont encourageants.

Les probiotiques pour soigner les coliques du nourrissons ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 17/01/2014

Les probiotiques pour soigner les coliques du nourrissons ?

Des chercheurs italiens ont découvert un moyen de soulager les troubles gastro-intestinaux des tout-petits. Selon les chercheurs, un traitement probiotique pourrait atténuer les coliques du nourrisson ou la constipation dès les premiers mois de l’enfant.

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 17/12/2013

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Face à la popularité des objets connectés, la société Sproutling s’est penchée sur un bracelet électronique pour bébés. Ce dernier permettrait une surveillance continue et à distance du nourrisson, mais certains parents sont inquiets de l’impact de ce bracelet sur leur enfant.

Le grand site de la petite enfance