> > > La surveillance médicale de la grossesse inquiète des professionnels

La surveillance médicale de la grossesse inquiète des professionnels

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 29/03/2012

Avec le développement des connaissances scientifiques sur le fœtus, les moyens permettant la surveillance médicale de la grossesse n'ont pas cessés de s'améliorer. Mais un problème éthique se pose sur l'importance ou non de tout savoir sur le bébé à naître.

La surveillance médicale de la grossesse inquiète des professionnels
Myriam Szejer, en couverture de son livre "Si les bébés pouvaient parler"

Une surveillance trop poussée

Pour Myriam Szejer, pédopsychiatre et psychanalyste, fondatrice de l'association « La cause des bébés », cette surveillance interdit aux futures mamans de rêver à leur enfant.

Cette trop grande surveillance peut être considérée comme une sorte de test à passer pour savoir si le bébé est conforme ou non.

Selon elle, on « ne laisse plus les mères rêver tranquillement au bel enfant qu'elles sont en train de fabriquer. C'est comme si à chaque rendez-vous, elles devaient venir chercher un certificat de conformité, le feu vert pour continuer la grossesse. »

Néanmoins, elle précise aussi qu'il est « médicalement intéressant de pouvoir explorer, prévenir, soigner voir guérir ».

Pour Catherine Mathelin, psychologue dans les services de pédopsychiatrie et réanimation néonatale des hôpitaux de Saint-Denis, il faudrait « adapter cette surveillance » suivant si elle fragilise ou rassure la future mère.

De plus, la volonté de bien soigner, « le principe de précaution », ou encore l'inquiétude d'être attaqué par les parents, en cas de problème qui n'aurait pas été décelé, incitent les médecins à prescrire davantage d'examens.

Mais par exemple dans le cas de la trisomie 21, il n’y a pas de soin possible. La grossesse se termine alors souvent par une interruption volontaire de grossesse (IVG), avec les problèmes éthiques que soulève cette sélection.

La « naturalité » du bébé doit-elle être privilégiée à la santé ou inversement ? En effet, on sait que plus une maladie ou un handicap est dépisté rapidement, plus il y a de chance de soigner l'enfant.

Actualités en rapport

Santé : la robotique chirurgicale pour les tout-petits

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 29/03/2012

Santé : la robotique chirurgicale pour les tout-petits

La chirurgie assistée par la robotique existe déjà chez les adultes en urologie et en neurochirurgie, mais les enfants pourraient eux aussi bientôt en bénéficier. Au Canada, des travaux de développement du système chirurgical robotisé KidsA sont en cours.

Grippe : nouvelle campagne de vaccination à La Réunion

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 02/04/2012

Grippe : nouvelle campagne de vaccination à La Réunion

Chaque année, un grand nombre de jeunes adultes ne font pas leur rappel de vaccins et contaminent leur bébé. À la réunion, une mobilisation a lieu pour recommander aux personnes à risques et aux professionnels de santé de se faire vacciner contre la grippe saisonnière du 2 avril au 31 juillet 2012.

La prise d'antipsychotiques pendant la grossesse déteint sur l'enfant

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 04/04/2012

La prise d'antipsychotiques pendant la grossesse déteint sur l'enfant

Les chercheurs d'une université américaine ont découvert qu'une femme enceinte qui prend des antipsychotiques exposerait son futur bébé à des problèmes de performance neuromotrice.

Alimentation à la demande : un facteur d'intelligence pour bébé

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 21/03/2012

Alimentation à la demande : un facteur d'intelligence pour bébé

Une étude britannique de l'université d'Essex révèle que les bébés allaités à la demande auraient un QI plus élevé que les autres et qu'ils réussiraient donc mieux à l'école. Nourrir son enfant à heure fixe serait donc moins bon pour son développement.

Le grand site de la petite enfance