> > > FIV : quand la musique favorise la grossesse

FIV : quand la musique favorise la grossesse

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 29/10/2013 - Mise à jour le 25/07/2014

À Barcelone, l’institut Marquès, une clinique spécialisée dans la procréation médicalement assistée, propose une méthode de fécondation in vitro musicale. Par cette technique, le centre présenterait des résultats positifs supérieurs aux centres de fécondation classiques.

FIV : quand la musique favorise la grossesse
La fécondation in vitro serait plus efficace en musique (Wikimedia Commons – KDS444/CC-by-sa-3.0)

La musique comme élément de succès d’une FIV

En juillet dernier à l’occasion du congrès européen de stérilité ou ESHRE 2013, une équipe de chercheurs présentaient une étude révolutionnaire. En plaçant des ovocytes fécondés in vitro, dans des incubateurs « musicaux », les chercheurs ont observé un taux de fécondation près de 5 % plus élevé que dans les incubateurs classiques.

Depuis, adoptée par l’institut Marqués, une clinique barcelonaise spécialisée dans la procréation médicalement assistée (PMA), la méthode a donné naissance à 17 enfants.

Les chercheurs expliquent les succès de ces fécondations in vitro (FIV) musicales par le rôle des vibrations sur l’embryon.

Du Vivaldi, de l’AC/DC et du Mickael Jackson pour l’embryon

Dans les faits, l’utilisation de la musique dans les incubateurs permettrait de reproduire les vibrations de l’utérus en conditions naturelles.

« Dans des conditions naturelles, les ovocytes et les embryons s’acheminent en direction de l’utérus le long des trompes de Fallope avec des mouvements péristaltiques continus qui servent à les déplacer, mais aussi à les rapprocher des éléments nutritifs dont ils ont besoin », explique l’institut sur son site.

« Dans les incubateurs conventionnels les embryons restent statiques dans les milieux de culture et, par conséquent, les produits toxiques qu’ils libèrent – radicaux libres ou ammonium – s’accumulent dans le propre milieu de culture » ajoute le site.

En collaboration avec des ingénieurs du son, l’équipe de recherche médicale a doté certains de ces incubateurs de haut-parleurs diffusant différents types de musique. Quel que soit le type de musique diffusé, les microvibrations produites par le son viennent « secouer » en quelque sorte l’embryon. Par ces « secousses », les éléments nutritifs deviennent plus accessibles à l’embryon, car mieux répartis dans l’incubateur, tandis que les éléments toxiques sont également dispersés et s’accumulent beaucoup moins que dans les incubateurs classiques.

Actualités en rapport

Les lingettes et laits de toilettes sont dangereux pour bébé

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 24/10/2013 - Mise à jour le 25/10/2013

Les lingettes et laits de toilettes sont dangereux pour bébé

Une enquête de l’UFC-Que Choisir révèle que les lingettes et les laits de toilette pour bébés contiendraient de nombreux produits nocifs pour la santé des plus petits. L’association de consommateurs donne quelques conseils pour éviter leur utilisation.

Une nouvelle technique de dépistage de l’autisme chez les bébés de 2 mois

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/11/2013 - Mise à jour le 25/11/2013

Une nouvelle technique de dépistage de l’autisme chez les bébés de 2 mois

Généralement détecté vers les 2 ans d’un enfant, l’autisme pourrait aujourd’hui être dépisté bien plus tôt, dès l’âge de 2 mois, grâce à une analyse du regard des tout-petits, c’est du moins ce que révèle l’étude de l’Université Emory.

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 26/11/2013

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Une enquête du syndicat français des aliments de l’enfance révèle les mauvaises habitudes alimentaires des tout-petits et de leurs parents. Au menu : repas complets tardifs et diversification alimentaire retardée ; repas devant la télé et sensation de satiété altérée.

Dépression maternelle : la garde collective, un atout pour l'enfant ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 30/09/2013 - Mise à jour le 06/03/2014

Dépression maternelle : la garde collective, un atout pour l'enfant ?

Après l’accouchement, certaines mères sont touchées par le baby blues. Une étude canadienne montre que pour les enfants dont les mères souffrent de cette dépression maternelle, la garde en collectivité est une bonne chose.

Le grand site de la petite enfance