> > > Être parent diminue les risques d'infections virales

Être parent diminue les risques d'infections virales

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 19/07/2012

Selon une récente étude américaine, publiée dans la revue Psychosomatic Medecine, le fait d'avoir des enfants réduirait les risques d'infections virales, comme les rhumes, en rendant les parents plus résistants aux microbes.

Être parent diminue les risques d'infections virales
L'étude a été menée par la prestigieuse Carnegie Mellon University de Pittsburgh en Pennsylvanie (USA)

Une étude américaine

Sheldon Cohen et son équipe de la Carnegie Mellon University aux États-Unis, en Pennsylvanie, ont basé leurs recherches sur 795 personnes, toutes âgées de 18 à 55 ans et qui venaient des environs de la ville de Pittsburgh.

De 1993 à 2004, des essais ont été menés. Les sujets ont été mis en quarantaine afin d'éviter tout contact avec des virus extérieurs. Ensuite, ils se sont fait injecter l'un des virus du rhume contre rémunération en compensation des éventuels désagréments occasionnés par ces contaminations.

Pendant 6 jours, des examens ont été réalisés régulièrement pour surveiller l'apparition de maux de gorge ou d'éternuements, les signes les plus courants de la maladie.

Les résultats de l'étude ont révélé que les participants qui avaient des enfants avaient 52 % de risques en moins de développer des infections virales, tel que le rhume, par rapport aux sujets sans enfant.

Le nombre d'enfants a aussi un impact sur cette résistance aux microbes. En effet, les parents d'un ou deux enfants ont 48 % de risques en moins, alors que les parents de trois enfants ou plus éloignent le rhume à 61 %.

Des facteurs psychologiques

Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas grâce à leur système immunitaire renforcé avec la présence des enfants autour d'eux que les parents résistent mieux infections virales.

En effet, les parents qui ne vivaient pas sous le même toit que leurs enfants étaient protégés du rhume au même stade que ceux en contact quotidien avec leurs enfants. Les résultats, sans éloigner la protection immunitaire, privilégient une explication qui serait en lien avec l'état d'esprit des parents.

De précédentes recherches ont démontré qu'un état psychologique positif pouvait permettre de réguler la production de molécules inflammatoires. Au contraire, le stress, lui, affaiblirait le système immunitaire.

Les chercheurs estiment donc que la satisfaction d’avoir une famille, le fait de se sentir moins seul sont les explications de cet effet protecteur.

De plus, la maturité jouerait aussi un rôle. En effet, lors de l'étude, les parents les plus jeunes, moins de 24 ans, n'ont pas bénéficié de cette résistance. Ils seraient plus souvent sujets au stress lié à la parentalité.

Actualités en rapport

Dormir avec son bébé nuit à sa respiration

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 19/07/2012

Dormir avec son bébé nuit à sa respiration

Une nouvelle étude néo-zélandaise, publiée dans la revue Pediatrics, montre que le fait de dormir avec son bébé entrainerait chez ce dernier des problèmes de respiration qui pourraient entrainer la mort subite du nourrisson.

Le comportement du nourrisson est influencé par la présence du père

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 20/07/2012

Le comportement du nourrisson est influencé par la présence du père

Une étude britannique publiée le 19 juillet dernier montre que la présence du père auprès de son enfant, et la relation qu'il a avec lui dans les premiers mois de sa vie, a une vraie influence sur le comportement du nourrisson.

Grossesse : il faut limiter la supplémentation en fer

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 17/07/2012

Grossesse : il faut limiter la supplémentation en fer

Une nouvelle étude française, publiée dans la revue Cochrane, révèle que pour prévenir l'anémie chez les femmes enceintes, la prise de suppléments de fer n'est pas nécessaire tous les jours. Une à trois prises par semaine suffiraient.

Les effets néfastes de la télé observés par des chercheurs canadiens

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 16/07/2012

Les effets néfastes de la télé observés par des chercheurs canadiens

Une nouvelle étude canadienne de l'Université de Montréal et du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine a montré à quel point l'habitude de regarder la télévision pendant des heures pouvait s'avérer néfaste pour les enfants.

Le grand site de la petite enfance