> > > L'éducation à la française approuvée dans un livre américain

L'éducation à la française approuvée dans un livre américain

Actualité publiée dans "International" le 13/02/2012

Une journaliste américaine, installée à Paris, a publié le 7 février dernier, un livre aux États-Unis. Il couvre d'éloges le modèle d'éducation français. Le débat sur la meilleure façon d'éduquer son enfant est donc relancé.

L'éducation à la française approuvée dans un livre américain
Couverture du livre © Pamela Druckerman / Penguin Group

L'apologie de l'éducation française

Le livre « Bringing up Bébé » (éduquer bébé) signé Pamela Druckerman, maman de 3 enfants et vivant en France, agace aux États-Unis. Il traite du modèle d'éducation français qui serait un des meilleurs selon l'Américaine.

Ce livre aux éditions « Penguin Press » explique aux jeunes mères pourquoi les méthodes françaises seraient les meilleures. En effet, pour l'auteur, les petits Français sont plus sages et mangent mieux.

Elle déclare « J'étais en vacances et j'ai remarqué que ma fille était le seul enfant du restaurant à être malpolie. […] J'ai réalisé que les familles françaises passaient un moment totalement différent, que leurs enfants mangeaient de tout et jouaient calmement. J'ai commencé à me dire qu'ils avaient certainement quelque chose à m'apprendre. »

Des bébés français sages et disciplinés

Pour elle, cette société « qui marche bien composée de bébés dormeurs, de petits gourmets, et de parents raisonnablement calmes » nécessitait d'être plus amplement étudiée.

En France, un enfant fait ses nuits relativement tôt par rapport à un américain. De plus, à 4 mois, la plupart des enfants mangent à heure fixe.

Un bébé français fait ses nuits en moyenne au bout de 10 semaines alors que pour les Américains, avoir un bébé signifie un manque de sommeil pendant au moins 1 an.

Elle observe « en France, on insiste plus sur le développement de l'intelligence affective, du contrôle de soi, sur le langage correct. On développe les compétences sociales, la vie en groupe, comment parler aux adultes. »

Aux États-Unis « c'est une compétition sur le mode plus c'est tôt, mieux c'est. »

En ce qui concerne les crèches, l'auteur n'y voit que des avantages. Mais elle confie aussi que malgré cette éducation où tout semble être bien, les Français semblent tout de même stricts.

Elle confie au Time « Certains sont trop sévères. Ils n'écoutent pas leurs enfants et ils sont trop autoritaires. Je me trouve plus affectueuse avec mes enfants que les parents français qui ne ressentent pas le besoin d'être en contact permanent avec leurs enfants. »

Actualités en rapport

Québec : les CPE à nouveau en grève

Actualité publiée dans "International" le 08/02/2012

Québec : les CPE à nouveau en grève

C'est des centaines d'éducatrices des CPE qui ont manifesté ce lundi à Montréal. Elles estiment que les négociations concernant leur convention collective sont trop lentes. Vendredi sera un autre jour de grève si rien ne change d'ici là.

Espagne : les franquistes auraient enlevé 300 000 bébés en 40 ans

Actualité publiée dans "International" le 30/01/2012

Espagne : les franquistes auraient enlevé 300 000 bébés en 40 ans

Le 28 janvier dernier, les familles de bébés volés durant la dictature franquiste et les années qui ont suivi ont manifesté à Madrid pour demander que des enquêtes soient ouvertes sur plus de 1400 cas déjà signalés.

L'avortement sélectif pratiqué au Royaume-Uni

Actualité publiée dans "International" le 29/02/2012

L'avortement sélectif pratiqué au Royaume-Uni

Contre toute attente, une enquête menée au Royaume-Uni en caméra cachée a démontré qu'il était possible d'avorter si le sexe de l'enfant ne convenait. Le fait que ces avortements puissent exister en Europe provoque un vrai scandale.

Australie : des excuses nationales pour les adoptions forcées

Actualité publiée dans "International" le 01/03/2012

Australie : des excuses nationales pour les adoptions forcées

Une enquête parlementaire vient de recommander au gouvernement australien de faire des excuses publiques et de verser des indemnités au grand nombre de mères célibataires forcées d'abandonner et enfant entre 1950 et 1970.

Le grand site de la petite enfance