> > > Des médicaments pour enfant trop souvent surdosés

Des médicaments pour enfant trop souvent surdosés

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 11/06/2012

Le numéro de juin de la revue Prescrire pointe du doigt les risques de surdosage et de conditionnement de certains médicaments qui ne sont pas adaptés à un usage pédiatrique.

Des médicaments pour enfant trop souvent surdosés
Logo de la revue Prescrire © Association Mieux Prescrire

Un appel à la vigilance des parents

La revue a analysé le conditionnement de plus de 5 000 spécialités pharmaceutiques depuis le début des années 1980. Un emballage mal conçu, une notice insuffisante, l'absence de bouchon de sécurité, autant de failles dans le conditionnement qui exposent encore trop souvent les enfants aux accidents.

« Le conditionnement est un élément fondamental de la balance bénéfice risque des médicaments, un déterminant important pour leur bon usage et pour prévenir les erreurs au moment de leur utilisation » explique la revue.

Par exemple, le paracétamol, très prescrit chez les enfants pour le traitement des douleurs ou de la fièvre, peut être à l'origine de surdoses toxiques, parfois mortelles, en cas d'ingestion accidentelle.

Les formes buvables de paracétamol sans bouchons de sécurité ainsi que des tubes de comprimés orodispersibles (qui se désagrège au contact de la salive) sans bouchons de sécurité exposent à des risques de mauvaises utilisations.

En effet, selon une étude d'un centre antipoison suisse, pour 203 cas d'ingestion accidentelle de paracétamol par des enfants, ces derniers ont ingéré deux fois plus de comprimés quand la forme était orodispersible.

La revue met également en cause les dispositifs doseurs des médicaments pour enfants, dont la grande majorité sont imprécis ou inadaptés. Il est alors parfois difficile de ne pas commettre d'erreurs de préparation.

Ce problème ne se limite pas seulement aux enfants. Les étiquetages peu lisibles ou les notices insuffisantes concernent aussi des médicaments destinés aux femmes enceintes ou aux enfants à naître. Selon les notices examinées par Prescrire en 2011, les anti-inflammatoires, notamment l'ibuprofène ou le diclofénac, ne sont contre-indiqués qu'à partir du 6e mois de grossesse. Or, des données relatives aux AINS sont en faveur d'un risque accru pour le foetus dès le premier trimestre.

La revue a alors adressé 20 propositions à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et espère ainsi améliorer la réglementation pédiatrique européenne et son application. La rédaction de Prescrire souhaite aussi interpeller les firmes pharmaceutiques afin qu’elles améliorent le conditionnement des médicaments.

Actualités en rapport

La tuberculose infantile reste stable en 2010

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/06/2012

La tuberculose infantile reste stable en 2010

Selon une récente étude, publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), l'arrêt du vaccin obligatoire anti-tuberculose BCG pour les nourrissons en 2007, n'a pas eu d'impact négatif sur le nombre de cas de tuberculose chez les enfants en France.

Santé : le brossage de dents 30 min après le repas

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/06/2012

Santé : le brossage de dents 30 min après le repas

Tout le monde le sait, il faut se laver les dents après chaque repas. Néanmoins, des chercheurs américains ont démontré que se brosser les dents dans les 30 minutes qui suivent un repas pourrait fragiliser l'émail des dents face aux attaques acides.

Nouveaux pics de varicelle en France métropolitaine

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 05/06/2012

Nouveaux pics de varicelle en France métropolitaine

Selon les médecins de l'Inserm, la varicelle aurait atteint un nouveau pic la semaine dernière. Le 30 mai dernier, le réseau Sentinelles a annoncé pas moins de neuf foyers d’activité forte et modérée de la maladie dans différentes régions.

Un nouvel outil pour lutter contre les cancers infantiles

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 05/06/2012

Un nouvel outil pour lutter contre les cancers infantiles

Des chercheurs du monde entier ont rassemblé leurs données pour accélérer la recherche concernant les tumeurs de l'enfant. Déterminer le génome de chaque patient pourrait favoriser la prescription d'un traitement ciblé et multiplierait ainsi les chances de guérison.

Le grand site de la petite enfance