> > > Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 17/12/2013

Face à la popularité des objets connectés, la société Sproutling s’est penchée sur un bracelet électronique pour bébés. Ce dernier permettrait une surveillance continue et à distance du nourrisson, mais certains parents sont inquiets de l’impact de ce bracelet sur leur enfant.

Des bébés bientôt sous bracelets électroniques ?
Le moniteur pour bébé portable ou « Wearable Baby Monitor » de Sproutling (© Sproutling)

Un moniteur à la cheville pour rassurer les parents

Sproutling a annoncé la sortie prochaine de son nouveau moniteur pour bébé, un bracelet électronique high-tech. Cet appareil est attaché à la cheville du nourrisson et permet aux parents de connaître en temps réel l’état de l’enfant.

Les parents reçoivent ainsi, directement sur leurs smartphones, les données concernant le rythme cardiaque de l’enfant, ses mouvements et sa température. Les données environnementales sont également enregistrées comme l’humidité, la température ou la luminosité de la pièce dans laquelle se trouve le bébé.

Par un système d’alerte et de messages du type, « votre bébé a trop chaud », les parents peuvent être continuellement au courant de l’état physique de leur bébé. Pour son créateur Judd Apatow, ce nouvel appareil permettrait aux parents de mieux comprendre le sommeil de leur enfant et donc d’être un peu plus détendus

Le dispositif bientôt en vente aux USA

Fière de son projet, Sproutling a annoncé la mise sur le marché du Baby Monitor pour le grand public dès l’été prochain aux États-Unis. La société aurait aussi pu se tourner vers le milieu médical, mais les démarches légales étaient trop compliquées.

Des parents un peu réticents

L’annonce du produit ne fait pas que des impatients. Sur la forme déjà le produit essuie quelques critiques, certains parents ne manquant pas de comparer ces bracelets pour bébés, placés idéalement à la cheville du bébé, aux bracelets électroniques des prisonniers en conditionnelle.

D’autres parents sont contre le concept en lui-même. Selon eux cette surveillance des enfants via l’utilisation des nouvelles technologies nuirait au lien parents-enfants puisqu’il n’est plus nécessaire de passer du temps avec son enfant pour savoir si tout va bien.

Mais les critiques les plus sévères concernnet le fonctionnement du dispositif, et les ondes émises par le moniteur. Qu'un dispositif emetteur soit placé en continue au contact de la peau de l'enfant inquiète. Pour mémoire, en l'absence de connaissances scientifiques établies sur l'impact de ces ondes sur la santé des bébés, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande d'éloigner le plus possible les babyphones de la tête des enfants.

Actualités en rapport

Le régime alimentaire du père joue sur la santé de son futur enfant

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 12/12/2013

Le régime alimentaire du père joue sur la santé de son futur enfant

Parfois ignoré, le régime alimentaire du père avant la conception de l’enfant aurait pourtant un réel impact sur la santé du futur enfant. Une étude de l’Université de McGill de Montréal met le doigt sur les cas de carence en vitamine B9.

Le gouvernement suédois déconseille à son tour le co-sleeping

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 05/12/2013

Le gouvernement suédois déconseille à son tour le co-sleeping

Adopté par de nombreuses personnes le co-sleeping ou co-dodo ne fait pas l’unanimité parmi les autorités médicales et scientifiques. En Suède, le gouvernement déconseille désormais cette pratique, jugée trop risquée pour le nourrisson.

Vitamine D et « fausse-route » chez le nourrisson, l’ANSM communique

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 03/12/2013 - Mise à jour le 30/01/2014

Vitamine D et « fausse-route » chez le nourrisson, l’ANSM communique

Les médicaments à base de vitamine D font encore parler d'eux. Des nouveaux cas de malaise ont été déclarés chez les nourrissons à la suite de l'administration de vitamine D. L'ANSM fait donc quelques recommandations pour éviter ces situations.

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Actualité publiée dans "Santé et enfance" le 26/11/2013

Un tiers des enfants de moins de 3 ans mangent devant un écran

Une enquête du syndicat français des aliments de l’enfance révèle les mauvaises habitudes alimentaires des tout-petits et de leurs parents. Au menu : repas complets tardifs et diversification alimentaire retardée ; repas devant la télé et sensation de satiété altérée.

Le grand site de la petite enfance