> > > Belgique : le français remis en cause dans plusieurs crèches

Belgique : le français remis en cause dans plusieurs crèches

Actualité publiée dans "International" le 12/03/2012

Un nouveau décret flamand exigera au moins un travailleur néerlandophone par crèche reconnue en Flandre. Le personnel de ces structures d'accueil pour enfants devra donc pouvoir attester de sa connaissance active du néerlandais.

Belgique : le français remis en cause dans plusieurs crèches
Logo du ONE © Office des Naissances et de l'Enfance

Un décret flamand pour favoriser les néerlandophones

Le décret a pour but de permettre, aux inspecteurs flamands et aux parents néerlandophones, de se faire comprendre dans les maisons d'accueil d'enfants de moins de six ans agréées par l'organisme «Kind en gezin» à Bruxelles.

Le personnel des crèches concernées devra donc attester de sa connaissance du néerlandais. Il disposera pour cela de plusieurs moyens notamment la réussite d'un examen du Selor.

Le futur décret prévoit également 55 % de places prioritaires pour les enfants dont un des parents parle le néerlandais.

Ce décret provoque déjà la colère de la Ligue de Familles, car, comme pour les écoles flamandes, les enfants dont un des parents est néerlandais auront la priorité sur les autres.

Paul Delva, à l'origine de cette proposition explique cette dernière.

« Cette proposition n'est aucunement un signe d'exclusion quelconque. La seule chose que nous voudrions, c'est de pouvoir donner l'assurance à des ménages néerlandophones qui habitent Bruxelles que leur enfant puisse accéder tout simplement à une crèche néerlandophone. »

L'ONE : outil de reconnaissance pour les crèches francophones

En Belgique, certaines crèches sont agréées par l'organisme francophone l'ONE (Office des Naissances et de l'Enfance), mais la plupart le sont par Kind en gezin car les exigences étaient jusqu'à présent moins strictes.

À l'approche de ce décret, plusieurs crèches chercheraient à passer à l'ONE, Marie-Paule Berhin, responsable du département Accueil de l’ONE, estime en effet que les exigences flamandes seraient moins strictes que celles de l'ONE.

« On constate que le personnel qui se tourne vers nous possède parfois une formation minimale. Cependant, nous n'allons sûrement pas assouplir nos critères. »

Ce projet de décret flamand s'inscrit dans le contexte de pénurie de place dans les crèches à Bruxelles. Une pénurie qui touche tous les Bruxellois sans distinction linguistique. Mais ce dernier doit encore être approuvé en séance plénière au Parlement flamand.

Actualités en rapport

Québec : l'opération « Enfant soleil » bat son plein

Actualité publiée dans "International" le 12/03/2012

Québec : l'opération « Enfant soleil » bat son plein

L'opération « Enfant soleil » soutient le développement d'une pédiatrie de qualité et contribue à la réalisation de projets d'intervention sociale pour les enfants québécois. À ce jour, c'est plusieurs millions de dollars ont été reversés.

Suède : une crèche ne veut plus employer le "il" ou "elle"

Actualité publiée dans "International" le 22/03/2012

Suède : une crèche ne veut plus employer le "il" ou "elle"

En Suède, à Stockholm, une crèche municipale a décidé de ne plus employer les pronoms « il » ou « elle ». En effet, le personnel éducatif devra utiliser un pronom neutre, le « hen », pour s'adresser aux enfants. Seulement cette nouvelle pédagogie ne fait pas l'unanimité en Suède

Australie : des excuses nationales pour les adoptions forcées

Actualité publiée dans "International" le 01/03/2012

Australie : des excuses nationales pour les adoptions forcées

Une enquête parlementaire vient de recommander au gouvernement australien de faire des excuses publiques et de verser des indemnités au grand nombre de mères célibataires forcées d'abandonner et enfant entre 1950 et 1970.

L'avortement sélectif pratiqué au Royaume-Uni

Actualité publiée dans "International" le 29/02/2012

L'avortement sélectif pratiqué au Royaume-Uni

Contre toute attente, une enquête menée au Royaume-Uni en caméra cachée a démontré qu'il était possible d'avorter si le sexe de l'enfant ne convenait. Le fait que ces avortements puissent exister en Europe provoque un vrai scandale.

Le grand site de la petite enfance