> > > Belgique : des places en crèches pour les bébés de détenues

Belgique : des places en crèches pour les bébés de détenues

Actualité publiée dans "International" le 11/06/2012

L'office de la naissance et de l'enfance (ONE) lance un projet expérimental. Désormais, quelques places en crèches sont réservées aux bébés dont les mamans sont incarcérées à Lantin en Belgique.

Belgique : des places en crèches pour les bébés de détenues
Logo de l'office de la naissance et de l'enfance © ONE

Un projet expérimental de l'ONE

Il est évidemment difficile pour un enfant de s'épanouir en prison, même si la prison de Lantin fait de réels efforts. En effet, la prison dispose d'une pièce nurserie, de cellules avec des lits d'enfants et d'une cuisine pour que les mamans puissent préparer les repas de leurs enfants. La porte de la cellule, fermée pendant la nuit, reste ouverte pendant la journée. La nurserie et le préau extérieur sont accessibles sans limitation aux enfants et aux mères.

À Lantin, les mères ne peuvent pas avoir de contacts avec les autres détenues, c’est une mesure de protection pour les enfants qui entraine un réel isolement des mères et empêche les solidarités. « Même si la prison prend un ensemble de mesures pour favoriser le séjour, ça reste un univers carcéral où l'enfant a peu de contacts avec les autres enfants, peu de contact avec l'extérieur » déclare Luc Bourguignon, conseiller pédagogique à l'ONE de Liège.

Le nourrisson qui vit en prison ne peut être considéré comme incarcéré et doit bénéficier de mesures particulières. L'ONE a donc décidé de lancer un projet expérimental avec, au terme, une évaluation. En effet, désormais 3 places sont réservées dans des milieux d'accueil pour des enfants de détenues.

C'est donc la crèche Saint-Raphaël de Rocourt, la Maison Communale d'Accueil de l'Enface de Juprelle et le service d'accueillantes conventionnées « La garderie des tout petits » qui ont été choisis. Ces établissements ont déjà une certaine expérience en la matière.

Louis Bourguignon estime que « la fréquentation d'un milieu d'accueil favorise la socialisation et permet de vivre dans des conditions qui sont parfois plus adaptées aux plus petits. ». L'enfant dort donc en prison et passe sa journée dans un de ces centres d'accueil, ce qui lui permet de découvrir un autre univers. La mère détenue ne peut pas aller le chercher, ce sont donc des puéricultrices ou des bénévoles qui assurent le transport et essaient ainsi de créer un lien entre la maman et la crèche.

« C'est important que les puéricultrices puissent mettre des mots et des images sur ce qu'est la crèche, car les parents ne peuvent pas se représenter le quotidien des enfants à la crèche », explique une infirmière sociale.

Une initiative qui serait aussi bénéfique pour la maman qui ne resterait plus 24 heures sur 24 avec son enfant. Elle éviterait donc ainsi l'isolement social, et pourrait renouer des contacts au sein de la prison.

Actualités en rapport

Plus de 18 millions de dollars pour le Téléthon québécois

Actualité publiée dans "International" le 04/06/2012

Plus de 18 millions de dollars pour le Téléthon québécois

Ce début du mois de juin a vu la 25e édition du Téléthon québécois opération Enfant Soleil. 18 267 912 dollars en dons ont été récoltés grâce à la solidarité et à la grande générosité des Québécois.

Les Chinois indignés par un avortement forcé

Actualité publiée dans "International" le 19/06/2012

Les Chinois indignés par un avortement forcé

En Chine, la loi de l'enfant unique est un principe fondamental. C'est au nom de cette loi qu'une jeune femme a été contrainte d'interrompre sa grossesse au bout du septième mois.

Israël : des crèches clandestines pour les réfugiés clandestins

Actualité publiée dans "International" le 19/06/2012

Israël : des crèches clandestines pour les réfugiés clandestins

En Israël, les migrants illégaux n'ont pas accès aux crèches publiques. Pour sauver les enfants des rues, des femmes, originaires du Ghana et du Niger, ouvrent des crèches clandestines dans des lieux de fortunes, non sans danger pour ces enfants.

Belgique : une alimentation trop déséquilibrée des tout-petits

Actualité publiée dans "International" le 21/05/2012

Belgique : une alimentation trop déséquilibrée des tout-petits

Une récente étude belge a montré que les enfants souffrent de carences ou encore d'excédents alimentaires. Or, il a été constaté que les enfants avaient besoin d'une alimentation adaptée à leurs besoins pour grandir sainement sans aucun problème de santé.

Le grand site de la petite enfance