> > > L'amour « paternel » essentiel au développement de l'enfant

L'amour « paternel » essentiel au développement de l'enfant

Actualité publiée dans "Société" le 18/06/2012

Une étude de l'Université du Connecticut nous apprend que l'amour paternel a autant, voire plus d'importance que l'amour maternel. Ces conclusions réaffirment le rôle du père et montrent qu'ils doivent s'investir encore plus dans les soins à l'enfant.

L'amour « paternel » essentiel au développement de l'enfant
La paternité remise à l'honneur par l'étude (Krasimir Makaveev / CC-by)

La paternité aussi importante que la maternité

L'analyse a passé en revue 36 études mondiales, portant au total sur plus de 10 000 participants et basées sur des enquêtes concernant l'acceptation ou le rejet parental au cours de l'enfance, couplée avec des données sur les traits de personnalité.

Les chercheurs constatent qu'en réponse au rejet parental, les enfants ont tendance à ressentir une forte anxiété, un sentiment d'insécurité et à adopter des comportements hostiles et agressifs envers les autres.

Les chercheurs se sont aussi intéressés à l’amour maternel par rapport à l’amour paternel grâce aux résultats de plus de 500 études. Les résultats ont montré que même si les enfants ont la même réaction face au rejet des parents, l'influence d'un des deux pourrait être plus forte que l'autre. Les enfants ont en effet tendance à accorder plus de crédit au père qui représente le plus le pouvoir, le prestige au sein de la famille. Le père aurait donc plus d'influence sur la vie de l'enfant que la mère.

Néanmoins, l'importance de l'amour paternel et maternel dépend de la perception qu'a l'enfant de ses parents. « En Amérique, on met souvent l'accent sur les mères et la maternité de manière plus générale », explique Ronald Rohner, co-auteur de l'étude. « Cela nous a amenés à systématiquement et injustement accuser les mères de tous les problèmes comportementaux de l'enfant. ».

De plus, la douleur de ce rejet à l'enfance se poursuit jusqu'à l'âge adulte. En effet, la plupart de ces adultes ont des difficultés à nouer des relations sûres et confiantes avec leurs partenaires intimes.

Les auteurs rappellent aussi que des recherches en psychologie et en neurosciences révèlent que des zones spécifiques du cerveau sont activées, lorsque les sujets se sentent rejetés de manière similaire à quand ils éprouvent une douleur physique.

Ronal Rohner précise « contrairement à la douleur physique, les humains peuvent revivre la douleur émotionnelle du rejet durant des années. ». Il ajoute qu'« en 50 ans de recherche internationale, nous n'avons pas trouvé d'autre facteur aussi puissamment néfaste sur le développement de la personnalité que l'expérience du rejet parental dans l'enfance. ».

Actualités en rapport

Les « boites à bébés » inquiètent l'ONU

Actualité publiée dans "Société" le 12/06/2012

Les « boites à bébés » inquiètent l'ONU

L'ONU juge inquiétantes les boites à bébés, estimant qu'elles vont à l'encontre du droit des enfants à être connu de ses parents. En effet, les parents déposent leur enfant pour l'abandonner dans l'une de ces boites, reliées à un centre de soin.

L'INSERM identifie les sources de la convoitise

Actualité publiée dans "Société" le 04/06/2012

L'INSERM identifie les sources de la convoitise

Des chercheurs de l’Inserm ont trouvé des réponses neurologiques au fait de désirer, que l'on soit enfant ou adulte, ce que l'on ne possède pas. Selon cette étude, le désir pour un objet augmente lorsqu'il est convoité par d'autres personnes.

L'éveil de bébé passe par le regard et la simplicité

Actualité publiée dans "Société" le 04/06/2012

L'éveil de bébé passe par le regard et la simplicité

Une étude américaine montre que les bébés détourneraient facilement leur attention des situations trop simples ou trop complexes. En effet, ils se focaliseraient davantage sur celles à leur portée, leur permettant ainsi d'en retirer un apprentissage.

Le « piège » des mères aux foyers

Actualité publiée dans "Société" le 12/07/2012

Le « piège » des mères aux foyers

Arrêter de travailler pour être mère au foyer n'est pas toujours une chose facile. Sans carrière, l'image qu'elles ont d'elles-mêmes peut se dégrader. La mère au foyer n'est plus ce qu'elle était. Aujourd'hui, elle est souvent seule et a un faible niveau de vie.

Le grand site de la petite enfance