> > > Allemagne : Une loi pour naître et grandir avec un sexe indéterminé

Allemagne : Une loi pour naître et grandir avec un sexe indéterminé

Actualité publiée dans "International" le 20/08/2013 - Mise à jour le 30/01/2014

À partir du 1er novembre, en Allemagne, les personnes nées avec un sexe indéterminé, pourront être reconnus en tant que tel par l’administration. Cette reconnaissance de l’intersexualité ou 3e genre inquiète cependant certaines associations comme l’OII.

Allemagne : Une loi pour naître et grandir avec un sexe indéterminé
Nés ni filles, ni garçons, les intersexuels seront reconnus en tant que tels par l’Allemagne (© Pavel Losevsky - Fotolia.com)

L’intersexualité devient un genre

Alors que de nombreux débats sur l’identification sexuelle des enfants et les stéréotypes filles-garçons font rage en France et dans les pays du monde entier, l’Allemagne a décidé d’aller plus loin en reconnaissant l’intersexualité comme un genre à part entière.

L’intersexualité est un trouble génétique, rendant impossible la détermination du sexe de l’enfant. En d’autres termes, ni les parents ni les médecins ne peuvent dire si la personne concernée est un garçon ou une fille. Dans ce cas, la détermination est alors décidée par les parents, soit à la naissance, soit dans un délai prévu par la loi. En France, ce délai est de deux ans.

Dans un premier temps, cette « détermination forcée » est administrative, l’enfant devient alors aux yeux de l’État, soit un garçon soit une fille. Dans un second temps, une opération chirurgicale dotera l’enfant du sexe choisi par ses parents.

Sur avis du BVerfG, le Tribunal constitutionnel fédéral allemand, Berlin a donc décidé de reconnaitre officiellement l’intersexualité à compter du 1er novembre. Ainsi, une 3e case viendra s’insérer dans les documents administratifs, les Allemands nés intersexuels pourront alors vivre comme intersexuels, sans forcément devoir choisir entre devenir homme ou devenir femme ?

Un progrès ou un recul ?

Sur le papier cette loi peut apparaitre comme une véritable avancée, car elle laisse aux personnes le choix de devenir ce qu’ils souhaitent : homme, femme ou ni l’un ni l’autre.

Pourtant, certaines associations craignent un effet inverse. L’Organisation Internationale des Intersexués (OII) milite contre les opérations réalisées juste après la naissance et ne laissant aucun choix à l’enfant et l’individu en devenir, sur son identité sexuelle.

Interrogé par Rue89, Vincent Guillot, membre de l’OII, explique : « On peut très bien ne pas déclarer de sexe administratif à la naissance, comme c’est déjà le cas en France [...] » Pour Vincent Guillot, « cette loi est la concrétisation de la demande des médecins et des parents de patients, elle facilite la mutilation. Le fait de ne pas mettre de date butoir pousse les parents à accélérer l’opération, car il est insupportable que l’enfant n’ait pas de sexe administratif ».

Vers une évolution de la société internationale ?

Premier pays d’Europe et 3e au monde à reconnaitre l’existence d’un « troisième genre », l’Allemagne a néanmoins fait un pas certain vers une évolution de sa société.

Dans un grand nombre de pays la question du « il » ou « elle » et de la construction sexuelle reste un sujet sensible. Malgré tout, à l’image de cette cette crèche suédoise en 2012, certains États et administrations se tentent à de nouvelles expériences.

Actualités en rapport

USA : une application payante pour assurer sa grossesse

Actualité publiée dans "International" le 12/08/2013

USA : une application payante pour assurer sa grossesse

Aux États-Unis, une nouvelle application, « Glow : procréer en toute confiance » permet aux femmes qui n’arrivent pas à être enceintes de se faire rembourser leurs frais médicaux.

Quand les nounous s’envoient en l’air

Actualité publiée dans "International" le 05/09/2013 - Mise à jour le 18/05/2015

Quand les nounous s’envoient en l’air

Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis propose désormais un service de garde d’enfant pour ses vols long-courriers. Pour ce faire, 300 hôtesses de l’air ont suivi une formation au Norland College, un institut britannique de formation de nounous.

Allemagne : des places en crèche garanties et une prime de garde à domicile

Actualité publiée dans "International" le 02/08/2013

Allemagne : des places en crèche garanties et une prime de garde à domicile

L’Allemagne tente de trouver des solutions au problème de garde d’enfants en inaugurant, ce 1er août, l’allocation de soins et en créant de nouvelles places en crèches. Ces 2 mesures sont critiquées par l’opposition.

À Bruxelles, les crèches se multiplient et recrutent

Actualité publiée dans "International" le 19/07/2013 - Mise à jour le 04/09/2013

À Bruxelles, les crèches se multiplient et recrutent

En Belgique, le plan Cigogne 3 prévoit l’ouverture, en Région wallonne et bruxelloise, de 1 600 nouvelles places d’accueil par an, et ce, jusqu’en 2018. Pour répondre encore au mieux aux besoins des familles, la ville de Bruxelles cherche des responsables de crèches.

Le grand site de la petite enfance